Publicité

Comment la Belgique compte s’armer face à la cybermenace

Le siège de l'Otan à Bruxelles fait partie des institutions dont les réseaux doivent être d'avantage protégés selon la nouvelle stratégie belge en matière de cybersécurité. ©Shutterstock

Le gouvernement fédéral passe à l'offensive face à la cybermenace et dévoile une stratégie pour améliorer lé sécurité informatique du pays.

Branle-bas de combat au sein du gouvernement fédéral. La récente attaque contre le réseau Belnet a encore accéléré la volonté de mettre sur pied un plan d’attaque face à la cybermenace qui se fait de plus en plus pressente sur les réseaux d’entreprises, mais surtout sur les réseaux et institutions publiques. Lassée de passer pour une victime consentante, le royaume se dote d’une cyberstratégie 2.0 pour "propulser la Belgique au rang des pays les moins vulnérables d’Europe", selon les mots du Premier ministre Alexander De Croo.

Cette stratégie est détaillée dans un document d’une cinquantaine de pages rédigé par le Centre pour la cybersécurité en Belgique (CCB). Elle se décline en six grands axes. La priorité va au renforcement de l’environnement numérique avec notamment des investissements prévus dans une infrastructure réseau sécurisée en collaboration avec les opérateurs télécom. Le gouvernement prévoit aussi la création d’une "Cyber Green House" qui servira de centre d’innovation et de recherche dans le domaine et fera le lien avec l’un des autres objectifs qui est de renforcer l’expertise et les connaissances.

"La cybersécurité représente aussi une énorme opportunité pour nos entreprises et nos PME."
Alexander De Croo
Premier ministre (Open Vld)

Dans le même temps, il est prévu de mettre sur pied une "National Cybersecurity Certification Authority" qui doit créer un cadre permettant aux entreprises d’évaluer et de certifier la sécurité des produits, services et processus informatiques. Le Premier ministre y voit une opportunité: "La cybersécurité est non seulement une priorité pour la Belgique, elle représente aussi une énorme opportunité pour nos entreprises et nos PME qui détiennent énormément d’expertise en la matière."

Armer et sensibiliser

Le deuxième axe de la stratégie belge vise à armer les utilisateurs et administrateurs d’ordinateurs et de réseau. L’idée est que chaque propriétaire d’un système ou d’un réseau informatique soit suffisamment armé pour le protéger  contre les cybermenaces et autres cyberattaques. Le CCB compte principalement le faire via de la sensibilisation et de l’information à en croire la feuille de route fédérale.

Protéger les institutions internationales

Point crucial du texte, la protection des "organisation d’intérêt vital" contre les cyberattaques. Vu le nombre d’institutions internationales hébergées en Belgique et plus particulièrement à Bruxelles, il devient urgent de renforcer leur protection, au risque de perdre du crédit sur la scène internationale en cas de paralysie des réseaux ou de vol d’informations sensibles. Le plan prévoit dans ce cadre-là des exercices pour appliquer et tester le cyberplan d’urgence qui est d’application en cas de cyberévénement majeur sur notre sol.

"Le tout ne pourra fonctionner que si tous les services de renseignement et de sécurité coopèrent étroitement."
Centre pour la cybersécurité en Belgique

De façon plus générale, pour répondre à la cybermenace la Belgique compte "perturber les cyberinfrastructures des criminels" en détectant et neutralisant par la voie judiciaire les infrastructures criminelles et en détectant plus rapidement que maintenant les systèmes qui seraient compromis. Le tout ne pourra fonctionner que "si tous les services de renseignement et de sécurité coopèrent étroitement", explique le CCB dans son rapport. La notion de collaboration fait d’ailleurs l’objet d’un point spécifique dans le document. Le CCB se donne comme mission d’améliorer les collaborations publiques, privées et universitaires dans le domaine.

On le comprend, avec ce document, si la volonté est politique et concerne plusieurs ministres fédéraux de la Justice à la Défense, c’est bien le Centre pour la cybersécurité en Belgique qui sera à la manœuvre et qui est chargé d’exécuter ce plan pour renforcer la sécurité informatique de la Belgique dans son ensemble. Un challenge au vu de retard pris dans certains domaines et une opportunité pour bon nombre d’entreprises belges.

Le résumé

  • Le gouvernement fédéral a dévoilé son plan pour renforcer la cybersécurité de la Belgique.
  • Le Centre pour la cybersécurité en Belgique sera chargé d'appliquer les six axes stratégiques du plan.
  • La cybersécurité représente une menace, mais aussi une opportunité pour les entreprises belges.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés