Publicité
Publicité

Coup de pouce pour la recherche sur l’impact des intempéries

Le secrétaire d’État en charge de la Politique scientifique, Thomas Dermine (PS), vise une mutualisation des investissements. ©BELGA

Le gouvernement appuie de nouveaux projets de recherche impliquant les établissements scientifiques fédéraux. Une enveloppe de 13 millions d'euros est mobilisée.

Favoriser l’étude des pigments des peintres modernistes abstraits belges du 20e siècle, annoter et indexer de manière unifiée les tablettes cunéiformes, étudier les premiers dessins et peintures réalisés par les Congolais en République démocratique du Congo juste avant et pendant l'ère coloniale, plonger dans les trajectoires pénales des délinquants du 19e siècle en Belgique ou encore, et c’est particulièrement d’actualité ces jours-ci, déterminer l’impact des intempéries sur le patrimoine bâti dans le pays.

Cinq projets de recherche portés par des Établissements scientifiques fédéraux (ESF) et alliant des chercheurs issus du monde académique viennent de recevoir le feu vert du gouvernement fédéral dans le cadre du programme Brain 2.0.

Un budget global de 4,5 millions d’euros y sera consacré sur une période de quatre ans.

3
millions d'euros
Chacun des 3 appels à projets sera doté d’un budget de 3 millions d’euros.

Financement structurel

Et ce n’est là qu’une partie des moyens débloqués cette semaine pour la recherche. Le même Conseil des ministres a également décidé de consacrer 9 millions d’euros supplémentaires aux ESF (ou autres institutions pertinentes) qui contribuent activement à des infrastructures de recherche européennes (ESFRI) en lien avec les compétences fédérales. Il s’agit par exemple du réseau des stations d’observation des gaz à effet de serre comme ICOS (Integrated Carbon Observation System), de la base de données sur la biodiversité LIFEWATCH ou encore d'une archive de données sociales (CESSDA).

La première phase de ce nouveau programme démarrera cette année et comprendra  trois appels à propositions.

Les projets déposés dans ce cadre seront évalués par un panel d’experts belges et internationaux. Chacun des 3 appels sera doté d’un budget de 3 millions d’euros, le premier appel bénéficiant d’un bonus de 800.000 euros récupérés sur des soldes budgétaires disponibles.

Il est important de participer à une plus grande mutualisation et donc à un meilleur rendement des investissements réalisés."
Thomas Dermine
Secrétaire d’État en charge de la Politique scientifique

"Il est important de mieux positionner nos Établissements scientifiques fédéraux dans les infrastructures de recherche européennes et internationales, et de participer ainsi à une plus grande mutualisation et donc à un meilleur rendement des investissements réalisés", estime le secrétaire d’État en charge de la Politique scientifique, Thomas Dermine (PS). "Les appels à projets qui seront lancés permettront à nos institutions scientifiques de développer leurs services, leurs infrastructures et de les valoriser au mieux dans un réseau européen."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés