Publicité

Cyberespionnage: "Il est essentiel de garantir la protection de la vie privée"

Mathieu Michel a souligné que la frontière avec la cybersécurité qui relève des compétences du Premier Ministre est très fine. ©AFP

Suite à l'affaire Pegasus, le secrétaire d'État Mathieu Michel a répété mardi qu'il était essentiel de garantir la protection de la vie privée mise à l'épreuve par l'évolution technologique.

Dimanche, un consortium de 17 médias internationaux révélait un espionnage à échelle mondiale de militants et de journalistes au moyen du logiciel Pegasus, conçu par l'entreprise israélienne NSO Group. Introduit dans un smartphone, ce logiciel permet d'en récupérer les messages, photos, contacts et même d'écouter les appels de son propriétaire.

L'enquête qui renforce les soupçons pesant de longue date sur cette société se fonde sur une liste obtenue par le réseau basé en France Forbidden Stories ("histoires interdites") et l'ONG Amnesty International, comptant selon eux 50.000 numéros de téléphone sélectionnés par les clients de NSO depuis 2016 pour une surveillance potentielle.

Le téléphone de Carine Kanimba, fille de Paul Rusesabagina, a également été ciblé à plusieurs dizaines de reprises par le logiciel espion Pegasus.

La liste découverte inclut les numéros d'au moins 180 journalistes, 600 hommes et femmes politiques, 85 militants des droits humains, ou encore 65 chefs d'entreprise… Il ressort ce mardi que le téléphone de Carine Kanimba, fille de Paul Rusesabagina - rendu célèbre par le film "Hôtel Rwanda" et actuellement emprisonné à Kigali -, a également été ciblé à plusieurs dizaines de reprises par le logiciel espion Pegasus, rapporte le quotidien Le Soir.

Adapter la législation

Pour le secrétaire d'État en charge de la Digitalisation et de la Protection de la vie privée Mathieu Michel, interrogé à ce propos, il est "essentiel de garantir la protection de la vie privée sans cesse mise à l'épreuve par l'évolution technologique". "Aujourd'hui dans le cadre de l'évaluation de la loi vie privée nous redessinons le cadre, mais surtout analysons la meilleure manière de faire évoluer les acteurs et les institutions chargés de garantir cette protection", a ajouté le secrétaire d'État.

"Nous devons trouver le juste équilibre pour donner à la législation la capacité de s'adapter en permanence aux nouvelles menaces."
Mathieu Michel
Secrétaire d'État à la Digitalisation et Protection de la vie privée

Mathieu Michel a par ailleurs souligné que la frontière avec la cybersécurité qui relève des compétences du Premier Ministre est très fine, comme c'est le cas avec l'espionnage étranger, qui relève de la compétence ministres Van Quickenborne (Justice) et Dedonder (Défense). "Nous devons trouver le juste équilibre pour donner à la législation la capacité de s'adapter en permanence aux nouvelles menaces", a-t-il commenté à ce propos.

Enquête ouverte à Paris

Le parquet de Paris a par ailleurs ouvert mardi une enquête sur l'espionnage de journalistes français dont les téléphones ont été infiltrés par Pegasus pour le compte de l'État marocain, qui le conteste.

Cette enquête a été ouverte pour une longue liste de dix infractions dont "atteinte à la vie privée", "interception de correspondance", "accès frauduleux" à un système informatique et "association de malfaiIteurs". Elle fait suite à la plainte déposée par le site Mediapart dont deux journalistes ont été espionnés, à laquelle doit s'ajouter une plainte similaire du Canard enchaîné.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés