De Wever et Magnette à nouveau chez le roi le 17 août

Bart De Wever et Paul Magnette sont de retour chez le Roi ce samedi. ©Photo News

Paul Magnette et Bart De Wever ont fait rapport ce samedi après-midi sur leur quête d’un exécutif fédéral. Leur mission continue. Ils se rendront à nouveau au Palais le 17 août.

Paul Magnette (PS) et Bart De Wever (N-VA) feront un nouveau rapport au Roi sur leur mission de préformation d'un gouvernement fédéral le 17 août prochain, annonce le Palais samedi dans un communiqué après une entrevue qui aura duré une cinquantaine de minutes.

"Le Roi invite les partis concernés à faire preuve d'un grand sens des responsabilités afin de pouvoir conclure rapidement un accord de gouvernement", souligne le Palais.

Mais où en sont les tractations des présidents du PS Paul Magnette et de la N-VA Bart De Wever ? Chargés par le Roi de trouver une majorité fédérale pour ce pays, ils ont à ce stade rassemblé cinq partis autour d’un (début de) projet gouvernemental : N-VA et PS bien sûr, mais aussi CD&V, sp.a et cdH. Ce qui fait 69 sièges sur 150 à la Chambre. Il en faudrait plus.

Ce projet repose sur un donnant-donnant entre PS et N-VA : des mesures sociales d’une part (dont le relèvement de la pension minimum à 1.500 euros net), de la régionalisation d’autre part (pour des compétences telles que la justice, la police, la santé,…).

Ce deal reviendrait pour la N-VA à mettre de côté ses options socio-économiques, pas franchement de gauche, pour pousser son agenda communautaire. Et pour le PS, à valider une régionalisation accrue du pays pour avancer sur le terrain social. Ce n’est pas un mince compromis, ni pour l’un ni pour l’autre. Si cette ligne est poursuivie, il faudra affûter les arguments pour la vendre aux partisans des deux camps.

"Il faut bien comprendre qu’on n’est pas encore dans une phase de négociation."
Plusieurs sources

Mais ce n’est là qu’une base de discussion, fait-on valoir. "Il faut bien comprendre qu’on n’est pas encore dans une phase de négociation", la phrase revient souvent. "Bart De Wever et Paul Magnette énoncent oralement les orientations et on voit qui est OK sur quoi, qui bloque sur quoi", témoigne une source. "Aucun des cinq partis n’a encore validé quoi que ce soit. Simplement, on est d’accord d’avancer et de poursuivre les discussions."

OK, mais ceci ne fait pas une majorité à la Chambre. Pour atteindre une assise plus large, comme le leur a demandé le Roi, les deux préformateurs ont d’abord sondé la famille libérale (26 sièges) et ce ne fut pas un franc succès. Le MR et l’Open Vld, qui avancent ensemble (on y va à deux, ou on n’y va pas) sont venus avec une note commune, reprenant une série de points importants pour eux. Ça n’a pas trop plu.

Après leur caucus, Bart De Wever a asséné en télé que plus personne ne voulait encore du MR dans le gouvernement et que son président Georges-Louis Bouchez cherchait avant tout à faire capoter les discussions. Ambiance.

Un coup dans l'eau

Si la sortie avait pour ambition de mettre de la distance entre Open Vld et MR, c’est loupé. Les deux partis libéraux ont maintenu qu’ils restaient disponibles, mais pas l’un sans l’autre.

Le duo Magnette-De Wever s’est alors tourné vers les écologistes (21 sièges), sans grand succès ici non plus. Le jour même, Ecolo et Groen ont dit ne pas se retrouver dans le projet envisagé. Entre autres pierres d’achoppement, le volet institutionnel mais aussi la volonté de prolonger deux centrales nucléaires au-delà de 2025.

MR et Open Vld ont redit leur disponibilité mais ensemble : c’est à deux ou c’est personne.

Fin de l’histoire ? Non, car personne n’a définitivement fermé la porte. Les deux préformateurs ont revu ce vendredi les libéraux et feront rapidement de même avec les écologistes.

MR et Open Vld ont redit leur disponibilité pour faire grandir la bulle de cinq partis, pour autant qu’ils s’y retrouvent sur le contenu, et la porter à sept. Ils s’en tiennent à leur ligne : c’est à deux ou c’est personne.

Un deuxième rendez-vous avec les écologistes prendra place sous peu, "par symétrie" nous dit-on. La partie est tactique, on est toujours occupés à se renifler. Dans ces conditions, le plus logique était que le Roi prolonge Paul Magnette et Bart De Wever dans leurs explorations. C'est fait.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés