Publicité
Publicité

De Wever: "Si le roi me confie une mission, j'échouerai"

La note du formateur Elio Di Rupo visait à écarter la N-VA, pense son président Bart De Wever. A ses yeux, après un an de discussions, le formateur devait se douter que certains points seraient inacceptables pour les nationalistes flamands.

"Selon moi, l'arrière-pensée était d'utiliser le texte comme un couteau à fileter pour nous séparer des autres partis flamands, a-t-il déclaré, cité par le quotidien "De Tijd" sur son site internet. Le PS comptait sans doute sur le fait que nous dirions 'oui, mais'. Il aurait commencé à négocier avec les neuf partis mais certainement pas avec l'intention de terminer à neuf".

 De Wever dit ne pas comprendre les choix faits par M. Di Rupo dans sa note. "Après plus d'un an de discussions, on devait quand même se douter que, par exemple, le volet sur Bruxelles était pour nous non-négociable (...) ". Et d'ajouter que s'il est vrai que la note va vraiment le plus loin possible, "nous nous trouvons alors devant un problème très sérieux".

L'avenir de la mission de formation se trouve chez les autres partis flamands, pense le président des nationalistes flamands: s'ils jugent que des négociations peuvent commencer, qu'ils le disent; s'ils sont d'un avis contraire, qu'ils le disent également.

De Wever ne s'attend pas à ce que le Roi lui confie une nouvelle tâche, à l'égard de laquelle il ne nourrit de toute façon pas un grand optimisme. "Dans ce cas, je courrai certainement vers l'échec".