mon argent

Dénoncer un job "au noir", ça prend trois clics

©BELGA

Depuis ce lundi 9h, il est possible de dénoncer des cas de fraude sociale sur un point de contact accessible en ligne. Les dénonciations ne pourront pas être anonymes. L'objectif est de mettre à jour les cas de dumping social et de fraude organisée. Mais le site permet aussi de dénoncer une personne susceptible de travailler au noir chez un coiffeur, dans un café, chez un autre particulier...

Les citoyens et les entreprises peuvent depuis ce lundi signaler des cas de fraude sociale via un nouveau point de contact accessible sur internet, dont la compétence appartient au secrétaire d'Etat Bart Tommelein (Open Vld). Les signalements ne pourront pas être anonymes car il sera obligatoire d'indiquer son numéro de registre national. Un bouton spécifique pour les organisations (syndicats, organisations d'employeurs, Test-Achats, Ligue des droits de l'homme, etc.) sera bientôt ajouté.

Cependant, "les inspecteurs sociaux ne peuvent révéler votre identité à personne, pas même devant les tribunaux, sauf si vous donnez votre autorisation explicite.  De plus, ils ne peuvent pas communiquer à un employeur, ou son représentant, que l’enquête qu’ils mènent se base sur votre signalement", est-il signalé sur le site.

Pas d'encouragement à la délation

Quelque 13.000 signalements de fraude sociale sont comptabilisés chaque année actuellement. Ils parviennent par toute une série de canaux aux différents services compétents, mais aussi au cabinet, voire dans la boîte aux lettres personnelle du secrétaire d'État. Cette multitude de canaux rend le suivi des signalements plus difficile et on ne sait pas toujours s'ils arrivent au bon endroit, explique Bart Tommelein.

Le secrétaire d'Etat dit comprendre qu'un point de contact de ce type soit un sujet délicat. "L'objectif n'est absolument pas d'inciter les citoyens à dénoncer un voisin ou un ex-partenaire qui travaille quelques heures au noir. La priorité des services d'inspection est et restera la lutte contre le dumping social et la fraude organisée", assure-t-il.

Toutefois, le site permet de dénoncer par exemple une personne soupçonnée de travailler au noir chez un coiffeur, dans un café, ou chez un autre particulier...

Point de contact dénonciation ©Point de contact dénonciation

"Le couplage des informations sur le terrain et de l'information dont nous disposons permettra aux services d'inspection sociale d'intervenir encore plus fermement", poursuit M. Tommelein.

"Il est vraiment nécessaire que les mentalités changent. Il existe en Belgique des points de contact pour la maltraitance des animaux, pour la violence familiale, pour les délits économiques... Mais lorsque nous faisons en sorte que désormais, le signalement de la fraude sociale puisse également avoir lieu de manière structurée, nous constatons une levée de boucliers. La fraude sociale est pourtant un délit. Elle menace notre sécurité sociale et met en péril notre solidarité", conclut le libéral flamand.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés