Des discussions secrètes entre le PS et la N-VA

©REUTERS

Elio Di Rupo, Paul Magnette, Bart De Wever et Jan Jambon se sont vus vendredi pour discuter de la note des informateurs royaux.

L'accord de gouvernement à présent bouclé pour l'échelon wallon, les tractations pour le niveau fédéral vont bon train. Les deux partis les plus importants du pays, la N-VA et le PS, ont même déjà entamé les discussions en toute discrétion, indique Het Laatste Nieuws. Lundi, l'informateur royal Didier Reynders l'a même avoué à demi-mot.

PS et N-VA se sont rencontrés en bilatérale à l’invitation des informateurs royaux, Didier Reynders et Johan Vande Lanotte. L’entrevue s’est déroulée vendredi soir en présence de Jan Jambon, de Bart De Wever d’Elio Di Rupo et de Paul Magnette, a pu confirmer L’Echo.

En conférence de presse lundi, les informateurs mandatés par le palais royal avaient laissé entendre qu’ils avaient réuni les formateurs des gouvernements régionaux. Les deux partis sont entrés dans le vif des sujets contenus dans une note de travail signée du tandem Vande Lanotte/Reynders, nous revient-il. PS et N-VA ont discuté emploi, migration et budget. Cette rencontre apparaît comme une rencontre parmi d’autres entre les six partis encore invités par les informateurs. L’entrevue s’est déroulée dans une atmosphère plutôt constructive, pas de clash entre les deux ennemis politiques. PS et N-VA jouent donc le jeu fédéral.

Pour rappel, Didier Reynders et Johan Vande Lanotte ont voulu donner une nouvelle dynamique à leur mission en insistant sur la recherche de convergences entre les partis toujours associés à ce qui reste une information royale. Le processus se poursuivra jusqu’au début du mois d’octobre à partir d’une configuration à 6 partis: N-VA, PS, sp.a, MR, Open Vld et CD&V. Alors que le gouvernement wallon est en train de se former autour de l’accord conclu entre PS, MR et Ecolo, les spéculations vont bon train sur la représentation du Parti socialiste à l’échelon fédéral. Que se passera-t-il si Elio Di Rupo intègre le gouvernement wallon? On évoque non sans insistance l’idée qu’il devienne ministre-président wallon. Quittera-t-il la table fédérale? Contacté par L’Echo ce mardi, le porte-parole du PS ne veut fermer aucune porte. "La question ne se pose pas encore", dit-il alors que le casting wallon est attendu "au plus tôt" pour ce jeudi soir.

Apparemment, il n’est donc pas exclu à ce stade qu’Elio Di Rupo continue de représenter le PS au niveau fédéral, mais cette éventuelle double casquette paraît difficile à porter. On rappellera que Paul Magnette, successeur probable du Montois à la tête du PS, a assisté à toutes les réunions convoquées par les informateurs royaux et auxquelles le PS était convié. Réputé plus radical qu’Elio Di Rupo vis-à-vis des nationalistes flamands, un Paul Magnette seul à table pourrait durcir la tonalité des échanges fédéraux. Ou pas.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect