analyse

Laruelle et Dewael, un couple pour éviter le divorce

Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (Open Vld), président du Sénat et de la Chambre désignés pour déminer le terrain fédéral. Premier rapport au plus tard le 9 mars. En pleine campagne présidentielle chez les libéraux flamands.

Les nouveaux missionnaires: Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (Open Vld). Ordre de mission: "prendre les contacts politiques nécessaires permettant la mise en place d’un gouvernement de plein exercice. Ils feront rapport au Roi au plus tard le 9 mars." Telle est l'issue des trois jours de consultations menées par le Palais depuis la démission de Koen Geens (CD&V) vendredi.

C'est une carte déjà jouée que celle de lancer les présidents de la Chambre (Dewael) et du Sénat (Laruelle) pour déminer la situation politique nationale. La présidente du Sénat devient la première femme ainsi mandatée par le Roi

L'Open Vld n'a pas intérêt à aller aux élections

Que déduire de ce nouvel épisode? Bien sûr que ce sont les libéraux du Nord et du Sud qui reprennent la main. Ensemble, ils jouissent de 24 sièges à la Chambre et apparaissent à deux dans quasi toutes les configurations de coalitions évoquées jusqu'ici. L'Open Vld est le parti qui a le moins intérêt à aller aux élections anticipées. Un facteur de réussite. Patrick Dewael est un sage de la politique, viscéralement attaché aux valeurs libérales de son parti. A distance de la N-VA, mais aussi du CD&V pour ce qui est des débats éthiques. Il n'est pas directement impliqué dans l'élection présidentielle à l'Open Vld.

Cette mission n'a pas de titre, comme celle de Koen Geens. Les deux missionnaires ne sont donc pas informateurs, ce qui peut témoigner de l'ampleur de l'impasse fédérale. 

De quelle situation Laruelle et Dewael héritent-ils? La brutale fin de mission de Koen Geens a laissé des traces. Entre PS et CD&V, la tension est à son comble.

Rappel: le président du PS avait choisi la presse la semaine dernière pour dire qu'il en avait "marre" des réunions stériles qu'il avait eues avec la N-VA sous l'égide du vice-Premier ministre CD&V. Résultat: la démission précoce de Koen Geen.

"M. Geens a été très clair. Il est très déçu de ce que M. Magnette et le PS ont fait. La confiance est en péril."
Joachim Coens
Président du CD&V

"M. Geens a été très clair. Il est très déçu de ce que M. Magnette et le PS ont fait. La confiance est en péril", a d'ailleurs indiqué Joachim Coens, président du CD&V en marge de son rendez-vous avec le Roi ce jeudi.

Jeudi, Paul Magnette semblait vouloir éteindre l'incendie: "Il faut essayer d'apaiser et de réparer les choses." "Il faut reprendre les discussions sereinement... il faut surtout se concentrer sur le contenu", estimait-il.

Lundi en bureau de parti le président du PS avait expliqué faire face à un "cartel virtuel", un "shadow cartel" entre CD&V et N-VA, selon les termes repris par Rachid Madrane (PS), président du parlement bruxellois, jeudi matin sur LN24. Le CD&V dément évidemment avec force toute idée de cartel et tout accord secret avec les nationalistes. Ambiance.

Même côté francophone certains s'inquiètent des conséquences de ce clash PS/CD&V. "La manière dont Paul Magnette a agi lui fait perdre un précieux allié", estime un cadre de parti. 

Risque d'embrasement au Vld

Quelles pistes explorer? Il semble qu'au Nord on ait fini par comprendre que le PS n'a aucune intention de négocier avec la N-VA. Vu l'attitude du PS, on évoque en Flandre une coalition sans lui. Joachim Coens a publiquement jugé la piste "intéressante" suite à un petit sondage en ligne publié par La Libre. On aurait côté flamand, N-VA, CD&V, Open Vld, les partis en coalition en Flandre, avec le sp.a et côté francophone le MR et le cdH. Total: 77 sièges, voire 76 compte tenu de l'indépendance de Jean-Marie Dedecker, élu sur une liste N-VA.

Cette option est balayée par le cdH dont on ne voit pas très bien ce qu'il gagnerait dans pareille aventure. "La minorité francophone serait encore plus étroite que sous Michel, glisse-t-on chez les humanistes. On n'aurait même pas de majorité en commission." 

Hors PS/N-VA, restent d'autres options, la Vivaldi (PS, sp.a, MR, Open Vld, Ecolo, Groen, CD&V) n'est pas tout à fait morte mais souffre des tensions PS/CD&V. Remplacer le CD&V par le cdH, voire par le cdH et DéFi? La chose n'est pas évidente, surtout pour les libéraux

Chez les libéraux flamands, la campagne présidentielle bat son plein et risque de perturber le jeu fédéral. Mercredi soir, sur LN24, le candidat Bart Tommelein a accusé son opposant Egbert Lachaert, chef de groupe à la Chambre, de soutenir une coalition arc-en-ciel. Lachaert a démenti. Il est réputé proche Alexander De Croo, ce qui explique peut-être que le vice-Premier ministre n'ait pas été missionné par le Roi comme évoqué par de nombreux médias. Attention au risque d'embrasement chez les bleus.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés