Discrimination à l'embauche: le MR pour des primes aux entreprises exemplaires

"Il ne s'agit pas d'une réponse à notre position sur les signes convictionnels dans la fonction publique", prévient Georges-Louis Bouchez.

Les libéraux francophones arrêtent un arsenal de propositions pour lutter contre les discriminations et favoriser l'émancipation des publics fragilisés.

Un an jour pour jour après la marche bruxelloise de soutien au mouvement Black Lives Matter, le MR n'entend pas être en reste en matière de lutte contre les discriminations. Lundi, il faisait approuver par son bureau politique un "plan transversal" qui, selon les niveaux de pouvoir concernés, sera décliné en initiatives parlementaires ou ministérielles. "Et il ne s'agit pas d'une réponse à notre position sur les signes convictionnels dans la fonction publique, cadre directement Georges-Louis Bouchez, président du MR. Mais la neutralité doit être un facteur d'égalité des chances". C'est David Leisterh, président du parti au niveau régional bruxellois qui décline le dispositif basé sur le "développement du capital humain" afin de sortir du "déterminisme qui marque l'échec des autorités dans certains quartiers en termes de précarité et de discrimination".

Voilà pour l'esprit. Concrètement, pour lutter contre les phénomènes de discrimination à l'embauche, le MR entend, depuis le gouvernement fédéral, octroyer des primes aux entreprises qui embauchent sur base de CV anonymes "et/ou qui privilégient la diversité – et qui ont un label en attestant – dans les embauches effectives à tous les échelons décisionnels, y compris via les chasseurs de têtes". C'est aussi à partir d'incitants que les libéraux souhaitent soutenir l'usage de l'intelligence artificielle dans leur politique de recrutement. "Les premières étapes de la sélection sont réalisées à l'aide de logiciels, ce qui exclut tout préjugé", détaille David Leisterh.

"À partir de l'établissement scolaire, on crée des artères avec des crèches, des centres d'apprentissage des langues, les services décentralisé en matière de recherche d'emploi et de formation."
David Leisterh
Président de la régionale bruxelloise du MR

En 2019, le taux d'emploi des immigrés était de 61% soit 10% de moins que pour les natifs, pour les immigrés extra-européens ce taux passe à 54%. La Belgique est très loin d'être bonne élève en la matière. Le MR rappelle donc à la Région bruxelloise son engagement d'établir un parcours d'intégration pour les primo-arrivants et plaide pour que celui-ci comprenne un apprentissage d'une des langues nationales. Autre idée, celle d'un mentorat de 20 heures pour chaque primo-arrivant afin de le familiariser avec "les codes et astuces du système belge".

Franchiser Molengeek

Dans le but de faciliter l'information des jeunes, le MR prône la mise en place d'une application GSM pour que "dès la fin de secondaire, l’étudiant, ait accès à une information précise et documentée qui lui permette de mieux choisir sa discipline et sa formation". Plus globalement, les libéraux estiment que les quartiers les plus précarisés devront à l'avenir fonctionner autour de l'école, selon une approche "chirurgicale". "A partir de l'établissement scolaire, on crée des artères, avec des crèches, des centres d'apprentissage des langues, les services décentralisé en matière de recherche d'emploi et de formation qui proposent un accompagnement de réinsertion socioprofessionnelle", décline David Leisterh.

25%
Selon l'ASBL Tada, 25% des élèves en difficulté "n'ont pas chez eux un environnement qui leur permet de faire leurs devoirs".

Il ajoute qu'on doit pouvoir, dans ces zones, "franchiser des initiatives privées qui fonctionnent" comme Molengeek ou BeCentral. Le MR propose aussi que les écoles ouvrent leurs locaux en fin de journée pour y accueillir des écoles des devoirs. Le MR en tend soutenir des initiatives comme celle de Tada qui accompagne des élèves en difficultés à partir de l'école primaire et qui constate que 25% parmi ces derniers "n’ont pas chez eux un environnement qui  leur permet de faire leurs devoirs".

Dans son plan, le MR prône encore la simplification de l'accès au statut d'indépendant, surtout à Bruxelles, ou encore une reconnaissance facilitée des diplômes et compétences obtenus à l'étranger.

Le résumé

  • Le MR lance une salve de propositions en faveur de la non-discrimination et de l'émancipation à tous les niveaux de pouvoir.
  • Les libéraux veulent réinvestir dans les quartiers les plus précaires via une offre de services spécialisés articulée autour des écoles.
  • Des initiatives telles que Molengeek doivent être déclinées dans ces quartiers.
  • Le fédéral doit, selon le MR, récompenser les entreprises qui recrutent sur base de CV anonymes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés