Ecolo, le grand perdant!

©BELGA

Crise du photovoltaïque, dossier éolien et effet PTB. Les raisons du recul des Verts sont multiples. Certains soulignent aussi l'absence d'Olivier Deleuze.

Le grand perdant de ce scrutin: c'est Ecolo. Le parti dirigé par Emily Hoyos et Olivier Deleuze sort très, très affaibli. Olivier Deleuze le reconnaît. "Nos résultats ne sont pas bons. Notre score global n'est pas à la hauteur de nos espoirs". Jean-Michel Javaux, ancien dirigeant d'Ecolo, estimait lui à chaud hier soir "qu'Ecolo a encore un travail à faire pour bien vendre son bilan". 

Avec un score de 8,77% contre 18,54% en 2009 et 4 sièges contre 13 en 2009, Ecolo perd plus de la moitié de ses voix et 9 députés au Parlement wallon.

Parmi les explications pour analyser cet échec, Ecolo paie notamment le fiasco qui a entouré la crise du photovoltaïque en Wallonie et le dossier éolien. Une autre explication vient de la montée en puissance du PTB qui est une des grandes surprises de ce scrutin dans le sud du pays. L'extrême gauche totalise 5,55%. En province de Liège, le PTB flirte même avec les 8%. Il est ainsi parvenu à enregistrer 16% à Seraing et 21,8% à Herstal. Si ce bon résultat était attendu, il lui assure aujourd'hui selon le spremiers résultats une présence de 2 députés au Parlement wallon.

LES ÉLECTIONS EN TEMPS RÉEL

=> Tous les résultats:  Fédéral, Régions, Europe.

=> Notre suivi de la journée électorale minute par minute.

Enfin, le co-président des Verts, Olivier Deleuze, a peut-être fait le mauvais choix en s'effaçant totalement durant la campagne, laissant Emily Hoyos se battre sur tous les fronts.

Aux côtés d'Ecolo, les deux partenaires de la majorité sortante (l'Olivier), PS et cdH, sont parvenus à limiter la casse. Mais soyons honnêtes, tant le PS que le cdH affichent un léger recul avec un score total de 30,33% pour le PS et 15,9% pour le cdH. Le PS baisse de 2,44% et le cdH de 0,24%.

A Bruxelles, même tableau: Prenez le score d'Ecolo en 2009, divisez-le par deux et vous aurez la contre-performance réalisée par le tandem Hoyos-Deleuze. La liste emmenée par le ministre-président de la Cocof et secrétaire d'État bruxellois Christophe Doulkeridis a péniblement atteint le seuil des 10%. Les Bruxellois ont probablement sanctionné la gestion difficile de dossiers portés par Evelyne Huytebroeck, comme l'implantation de la 4G.

N'oublions pas un dernier aspect: l'explosion - qui peut sembler paradoxale - du score de Groen! dans la Région-capitale. Certains Bruxellois pourraient avoir choisi de répondre à l'appel lancé par les verts flamands de "voter utile" afin de contrer la N-VA dans la capitale.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés