Publicité
Publicité

Ecolo persiste : il n'ira au gouvernement qu'avec Groen!

Réuni lundi soir en bureau, le parti vert a déclaré que la balle était désormais dans le camp du préformateur.

Montera ou montera pas au fédéral? Telle est la question qui se posait à Écolo, dont le bureau politique se réunissait lundi soir.

Et au final, une déclaration: "La balle est dans le camp du préformateur. Nous lui demandons si Groen! comme Ecolo sera invité aux premières discussions. Nous attendons qu'il nous dise quel est son choix et nous prendrons attitude ensuite", disait-on chez les écologistes après la réunion.

Les Verts ont ainsi rappelé qu'inviter un seul des deux partis verts serait "un signe négatif". Et Ecolo de taper sur le clou: "Nous lions l'avenir de notre participation, quelque soit le niveau de discussion, à la présence de Groen!". Il faut dire qu’Ecolo a peu de pointures à envoyer. En vertu de ses statuts, le parti ne peut ni envoyer ses coprésidents ni ses ministres wallons. Reste Isabelle Durant, Olivier Deleuze, Georges Gilkinet ou Muriel Gerkens.

Ecolo ne rejette donc pas la possibilité de soutenir une réforme de l'Etat de l'extérieur "si une dynamique double" où se négocieraient séparément l’accord de gouvernement et la réforme de l’Etat se mettait en place.

En 1993 déjà, sous Dehaene, les Verts ont soutenu la réforme de la Saint-Michel de l’extérieur en échange d’éco-taxes... qui n’ont jamais vu le jour.

Si les Verts soutiennent la prochaine réforme de l’Etat de l’extérieur en échange d’une fiscalité verte, ils exigeront sans doute des garanties solides pour ne pas se laisser berner une seconde fois.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés