Publicité

Ecolo serre les rangs derrière Rajae Maouane

Sur Instagram, la co-présidente d'Ecolo Rajae Maouane, a partagé une chanson d'une artiste libanaise réputée proche du Hezbollah. ©BELGA

Le parti écologiste a renouvelé son soutien à sa coprésidente après les polémiques suscitées par ses communications sur les réseaux sociaux.

Pas question d'incendie dans la maison Ecolo. Le bureau politique du parti, réuni ce lundi, a été globalement marqué par un renouvellement du soutien apporté dès la semaine dernière à la coprésidente Rajae Maouane. "Tout s'est bien passé", confirme un participant.

Pour rappel, la polémique était née d'une de ses "stories Instagram" publiée la semaine dernière en soutien à la cause palestinienne et illustrée par une chanson d'une artiste libanaise réputée proche du Hezbollah. S'ensuivirent polémique et accusation d'antisémitisme par la Ligue belge contre l'antisémitisme puis un soutien sans ambiguïté de certaines organisations, dont l'Union des progressistes juifs de Belgique (UPJB). La fin de semaine de Rajae Maouane a donc été difficile. Elle a préféré annuler tous ses rendez-vous médiatiques, histoire de faire retomber la fièvre.

Alors que le conflit israélo-palestinien s'enfonçait dans la guerre et qu'une manifestation propalestinienne marquée par des débordements antisémites animait samedi les rues de Bruxelles, Rajae Maouane se prenait un torrent de messages haineux et autres menaces sur les réseaux sociaux. Même sort pour le député vert Simon Moutquin, chargé par son parti de suivre le Proche-Orient depuis la Chambre et venu en soutien de sa coprésidente dès le début de la polémique.

Ecolo rappelle son "opposition aux colonisations israéliennes basée sur le droit international".

C'est lui qui devait, lundi en bureau politique, rappeler le positionnement du parti dans ce dossier. À savoir une "opposition aux colonisations israéliennes basée sur le droit international". On rappelle encore qu'avec le PS, Ecolo demande à la Belgique de peser de tout son poids en faveur de sanctions à l'égard d'Israël. Chez Écolo, on se demande si la polémique n'a finalement pas rendu service à Sophie Wilmès, ministre MR des Affaires étrangères, qui pour l'heure, se cantonne à un discours équidistant des deux camps.

"Sur le fond, Rajae n'a fait que répéter les positions connues du parti", concluait un écologiste. Il en est de même sur ses positionnements sur le voile islamique exprimé suite à la condamnation en première instance de la Stib pour discrimination à l'égard d'une candidate à l'embauche ne souhaitant pas ôter son voile. Là encore, ça passe même si d'aucuns imaginent que cette séquence, dans son ensemble, doit être l'occasion de réfléchir sur la communication du parti sur les réseaux sociaux.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés