Elio Di Rupo, "l'homme qui a réussi"

Martine Aubry et Valérie Trierweiler entourent le Premier ministre Elio Di Rupo, qui assiste au meeting de François Hollande à Lille.

"L’homme qui a réussi où d’autres ont échoué". C’est en ces termes que la socialiste française Martine Aubry a rendu hommage au Premier ministre belge Elio Di Rupo, venu soutenir à Lille, en tant que militant socialiste, le candidat à la présidentielle François Hollande. Le président du PS, Thierry Giet, invité à prendre la parole à la tribune avant l’entrée en scène de Hollande, a expliqué aux Français qu’ils "ont en main le pouvoir de changer le destin de la France mais aussi le visage de l’Europe".

Une importante délégation du parti socialiste belge était présente, mardi soir, au meeting de campagne de François Hollande à Lille. Près de 800 millitants, selon le service de presse du PS, ont accompagné le premier ministre, Elio Di Rupo, la vice-première ministre Laurette Onkelinx ou le président faisant fonction du parti, Thierry Giet, venus soutenir le candidat à l'élection présidentielle française.

Le remplaçant d'Elio Di Rupo à la présidence du parti socialiste belge, a exprimé le soutien des 80.000 membres du PS belge. "Le 10 mai 81 a changé ma vie et me je me suis rendu compte que c'était possible. Le 10 mai 1981 doit était un jour historique, le 6 mai 2012 doit l'être aussi", a-t-il lancé devant un public qui a longtemps applaudi Elio Di Rupo.
"Français et Françaises, vous avez entre les mains le pouvoir de changer le destin de la France mais aussi le visage de l'Europe. Nous voulons une Europe qui parle de croissance, d'emploi ou encore de protection sociale. Vous êtes les fers de lance d'un combat historique et vous pouvez faire de la France le phare de l'Europe à nouveau", a poursuivi le président du PS.
Martine Aubry, première secrétaire du PS et maire de Lille, a longtemps décrié la politique menée par Sarkozy avant l'entrée triomphale de François Hollande. Elle a salué Elio Di Rupo "l'homme qui a réussi où d'autres ont échoué".

François Hollande a quant à lui remercié les militants belges, en particulier Thierry Giet, président du PS, et Elio Di Rupo, "mon ami avec qui j'ai siégé tant d'années au sein du parti socialiste européen où l'on préparait des décisions prises par d'autres". "Elio, tu sièges aujourd'hui à la table du conseil européen. Je veux te retrouver le plus vite possible autour de cette table", a-t-il ajouté.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés