analyse

Épuisé, le duo Bouchez-Coens joue les prolongations

Les deux informateurs ont passé quatre heures au Palais royal ce mardi. ©Photo News

Les deux informateurs rempilent pour une semaine. Ils semblaient pourtant à bout de souffle alors qu’aucune dynamique de négociation n’a enclenché la formation du gouvernement.

"Les informateurs ont remis au Roi un rapport. Ils vérifieront certains éléments et déposeront leurs conclusions finales le 4 février 2020." Fidèle à ceux qui l’ont précédé, c’est-à-dire pauvre en information, le communiqué de presse du Palais royal, diffusé ce mardi soir après quatre heures d’entrevue entre le Roi Philippe d’une part, Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens de l’autre, prolonge une mission qu’on pensait à bout de souffle. "Il y a encore des solutions mais il reste un grand chemin à parcourir", commentait l’informateur Georges-Louis Bouchez à sa sortie du Palais.

"Il y a encore des solutions mais il reste un grand chemin à parcourir."
Georges-Louis Bouchez
Informateur

Le tandem formé par les présidents du MR et du CD&V est en piste depuis le 10 décembre et n’est pas parvenu à enclencher une réelle dynamique de formation du gouvernement fédéral. Ce sentiment de surplace avait fait penser qu’une nouvelle phase allait débuter ce mardi, qui sait avec une mission confiée à la N-VA. Il n’en sera donc rien. "Le 4 février, c’est un délai court, trop court pour réellement avancer sur le fond", analysait à chaud un proche de l’information royale. Cette source anonyme estime que c’est sans doute la question de la coalition qui occupera encore les deux jeunes présidents de parti.

"Les élections sont une option si rien ne réussit."
Joachim Coens
informateur

De fait, c’est bien cet écueil qui paralyse la formation du gouvernement fédéral depuis les élections du 26 mai, il y a huit mois. Leurs résultats sont tels que faute d’accord entre un nombre suffisant de partis francophones et la N-VA, seule une coalition sans majorité dans le groupe linguistique néerlandais de la Chambre est possible. Si on n’y arrive pas, ce sont les élections anticipées qui pointent le bout de leur nez. Un scénario qui ne rassure guère les partis démocratiques alors que le Vlaams Belang (18 sièges) a le vent en poupe. Mais c'est une piste qui est tout à fait possible selon Joachim Coens. S'exprimant ce mardi soir à la VRT, il a indiqué que "les élections sont une option si rien ne réussit." Avant d'ajouter: "Mais espérons que cela réussisse encore."

Le fossé PS-N-VA

Durant les jours qui viennent de s’écouler, les informateurs ont une nouvelle fois testé l’axe PS-N-VA. Sans plus de succès que lors des tentatives précédentes. Le Parti socialiste a même fait preuve d’une intransigeance particulièrement appuyée ce lundi à l’occasion de son bureau politique. La veille, son président Paul Magnette avait refusé l’idée d’une mission royale en tandem avec Bart De Wever, président de la N-VA.

Bart De Wever, président de la N-VA ©Photo News

Malgré des signes apparents d’ouverture, les nationalistes ne semblent pas plus enthousiastes à l’idée de convoler avec les socialistes francophones. Ce fossé et l’obstination du CD&V à ne pas vouloir monter au gouvernement sans la N-VA avait laissé croire que le Palais serait forcé de donner une mission à Bart De Wever. Histoire de les mouiller suffisamment pour que le CD&V puisse justifier à l’opinion publique flamande qu’il s’empare du pouvoir sans le plus grand parti de Flandre. Et surtout qu’on n’ait pas le sentiment au Nord que c’est le PS qui décide de tout.

Ce scénario est donc démenti par le Palais royal. Sans doute faute de consensus politique. La crainte d’un certain nombre de partis de voir le processus s’enliser si la N-VA prenait le leadership l’a sans doute emporté. La longueur du passage par la case "Palais" - près de quatre heures de réunion - en dit long sur la gravité de la situation.

"Peut-être le CD&V a-t-il envoyé des signaux en faveur de la Vivaldi", glisse un francophone. Vivaldi, ou arc-en-ciel élargi, associe les familles socialiste, libérale, écologiste et le CD&V pour former une majorité confortable de 87 sièges sur 150 (le PS ayant exclu le député Emir Kir de ses rangs). Cette piste était celle de Paul Magnette lorsqu’il était informateur.

C’était aussi celle du MR et donc de Georges-Louis Bouchez qui, au début de sa mission, avait misé sur une nouvelle orientation centriste à cette même majorité pour faire oublier les notes de Magnette. Leur contenu avait fuité dans la presse et était marqué trop à gauche pour le CD&V comme pour l’Open Vld. Fragilisés par le scrutin de mai, ces deux partis ne veulent pas encore s’engager fermement sans la N-VA, avec qui ils partagent le pouvoir au niveau régional flamand. En sera-t-il autrement le 4 février?

Et la N-VA?

La N-VA est le premier parti de Flandre et de Belgique. Il n’y a donc a priori aucune raison objective de ne pas lui confier une mission de premier plan pour tenter de former un gouvernement.

Si le Palais royal – et donc les autres partis – hésite tant à franchir le pas, c’est bien sûr parce qu’il s’attend à ce que Bart De Wever profite de la situation pour dégrader encore l’image d’une Belgique fédérale de moins en moins gouvernable. Et qu’il forme un front flamand rejetant le blocage sur les francophones et le PS en particulier. Bref qu’il accentue ce sentiment généralisé d’immobilisme, divise davantage la classe politique et rende la situation encore plus inextricable. Malgré ces craintes, huit mois après les élections, on en vient à se demander pourquoi on n’est pas passé plus tôt par cette case N-VA, puisque c’est un impératif du CD&V. L’impossibilité d’un axe PS-N-VA est connue depuis l’échec du tandem Demotte-Bourgeois. Et Paul Magnette a eu sa chance.

ÉDITO | Que l'étape N-VA ne dure pas

En tout les cas, une entrée en piste de Bart De Wever ne fait pas plaisir à tout le monde. La présidente de Groen, Meyrem Almaci, a déjà jugé que ce serait une "perte de temps". Et en coulisses, certains redoutent que le président des nationalistes tentent surtout de constituer un front flamand dans les négociations. 


 

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés