Est-ce l’heure du requiem pour la Vivaldi?

Les préformateurs Egbert Lachaert (Open Vld) et Conner Rousseau (sp.a) ont été reçus par le Roi lundi. ©BELGA

Le duo de préformateurs a 48 heures pour tenter de sortir de la crise par le haut. Il reste encore beaucoup à trancher, et puis, la confiance y est-elle ?

C’est une interview de Georges-Louis Bouchez au magazine flamand Humo, diffusée dimanche, qui a mis le feu aux poudres. Le président du MR y déclare notamment que "le gouvernement sera plus à droite avec les Verts qu'avec la bourguignonne", cette appellation non contrôlée désignant la combinaison de la N-VA et des familles socialiste et libérale, envisagée au cours de l’été. Il y dit aussi qu’"il faudra avoir des arguments très convaincants pour que ce ne soit pas Sophie" Wilmès la Première ministre du prochain exécutif.

Un tir groupé de critiques anti-Bouchez s’en est suivi. Il y aurait comme une unanimité contre lui.

"Les critiques envers Georges-Louis Bouchez sont un alibi. Le vrai problème, c’est qu’il est le seul à défendre les positions libérales."
Réaction entendue au MR

Désolé, réagit-on au MR, mais les attaques ad hominem, ça va bien. "Les critiques envers Georges-Louis Bouchez sont un alibi qui arrange bien les autres. Le vrai problème, c’est qu’il est le seul à défendre les positions libérales."

Et l’Open Vld alors? "En tant que préformateur, Egbert Lachaert est dans une position d’arbitre et Alexander De Croo est dans la retenue pour préserver ses chances pour le poste de Premier ministre", analyse-t-on du côté libéral francophone. "Ce qui est sur la table n’est pas équilibré, c’est trop à gauche. Alors oui, Georges-Louis dérange", avance son clan. "On essaie de le discréditer parce qu’il ne dit pas oui à tout."

Fiscalité: "Un chat dans un sac"

Des exemples? La note mentionne la volonté de "faire baisser l’impôt sur les revenus du travail" et de "déplacer l’impôt vers d’autres sources". Commentaire libéral: "Quelles autres sources? Si on ne le précise pas, on achète un chat dans un sac."

Autre point incriminé, la mention dans la note d’"une contribution équitable demandée aux plus nantis, dans le respect de l’entrepreneuriat". Commentaire libéral: "C’est un euphémisme pour ne pas dire taxe sur le patrimoine." D’autres points fiscaux poseraient également problème aux libéraux. "Il y a dans cette note des orientations fiscales inconcevables pour nous."

En attendant, le malaise est là. Ce lundi, le sp.a a fait savoir qu’il ne voulait plus du MR à la table, au motif qu’il "ne veut pas de solutions". Petite phrase-poison distillée cinq minutes avant le début d’une réunion de la Vivaldi (PS-sp.a, MR-Open Vld, Ecolo-Groen, CD&V).

Bon. Et après tout ça, on fait quoi? La base, c’était de se revoir tous, pour tenter de crever l’abcès et sonder l’envie d’avancer plus avant. Ils y ont passé l’après-midi de lundi, avant que les préformateurs Egbert Lachaert et Conner Rousseau ne filent au palais pour faire rapport au Roi.

48 heures de plus

En fait de rapport, ils ont remis leur démission, que le chef de l’État a refusée. Poursuivez vos travaux et revenez me voir dans 48 heures, leur a-t-il demandé.

On va donc encore essayer de sortir par le haut. Sur le fond, il reste une belle série de sujets qui fâchent et qui doivent encore faire l’objet d’arbitrages: la fiscalité, on l’a dit, mais aussi le nucléaire, l’IVG, la pension minimale,… Il y en a pour toutes les couleurs.

Y a-t-il dans cette Vivaldi la confiance et la volonté suffisantes pour aller jusqu’au bout?

Il y a aussi la question du casting gouvernemental, à commencer par le locataire du 16 rue de la Loi. Si le MR verrait bien Sophie Wilmès rempiler, il y a aussi Paul Magnette dans les rangs (le PS est le premier parti au sein de la Vivaldi) de même que l’Open Vld (dont le candidat Premier ministre est Alexander De Croo) sans oublier le CD&V (qui joue depuis peu la carte Hilde Crevits).

Après ce nouvel épisode de tensions maximales, une question revient avec plus d’acuité: y a-t-il dans cette Vivaldi la confiance et la volonté suffisantes pour aller jusqu’au bout?

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés