Publicité
Publicité

Et si nos pommes et poires étaient interdites en Russie?

Le secteur fruitier belge craint les conséquences de sanctions vis-à-vis de la Russie.