Formation fédérale: De Wever lie le sort des négociations à la loi sur l'avortement

©EPA

Après le CD&V, la N-VA estime également que la loi avortement constitue un point de rupture dans le processus de formation d'un gouvernement fédéral.

Le CD&V et la N-VA sont opposés à la proposition des libéraux, socialistes, des verts et du PTB d'assouplir la loi sur l'avortement. Bart de Wever s'est exprimé ce samedi au micro de la VRT pour préciser sa vision des choses: "Je peux vous dire que si des partis donnent le feu vert à une loi que je trouve scandaleuse, ce sera compliqué de faire comme si de rien n'était avec eux le lendemain". Il lie donc, lui aussi, le sort des négociations fédérales au vote sur l'allongement du délai pour une interruption volontaire de grossesse.

"Si ces partis pensent qu'ils peuvent sur cette base former un gouvernement avec les socialistes, les communistes et les verts, ils n'ont qu'à le faire. Ce sera un gouvernement nul en Flandre, avec zéro soutien."
Bart De Wever

Le texte revoit plusieurs des grands principes de la loi de 1990 qui dépénalisait pour la première fois partiellement l'avortement en Belgique. Le délai dans lequel une interruption volontaire de grossesse peut être réalisée passe de 12 à 18 semaines de grossesse, le délai de réflexion est réduit à 48 heures et l'IVG est totalement dépénalisée, sous réserve d'une qualification de coups et blessures si les conditions ne sont pas respectées.    

La proposition est soutenue par une large majorité de socialistes, libéraux, d'écologistes, le PTB et DéFI. Le CD&V, la N-VA et le Vlaams Belang s'y opposent farouchement. Le texte aurait du être voté la semaine dernière mais les trois partis avaient demandé ce deuxième avis au Conseil d'Etat. Ce dernier a remis vendredi son avis à propos des amendements déposés par les opposants à la proposition de loi et les débats sur ce texte pourraient reprendre en séance plénière de la Chambre.        

Les négociations en péril?

La question menace de compliquer les discussions en vue de la formation d'un gouvernement fédéral, sur laquelle planche le trio de présidents Joachim Coens (CD&V), Georges-Louis Bouchez (MR) et Egbert Lachaert (Open Vld), autour d'un scénario de coalition Arizona embarquant la N-VA, le cdH et le sp.a. Sauf que ces partis sont divisés sur la question de l'avortement.                  

Pour le président du CD&V, Joachim Coens, cette proposition de loi constitue une affaire de gouvernement et devrait donc être discutée dans ce cadre. A présent, c'est au tour de Bart De Wever de mettre la pression, principalement sur les libéraux. "Si ces partis pensent qu'ils peuvent sur cette base former un gouvernement avec les socialistes, les communistes et les verts, ils n'ont qu'à le faire. Ce sera un gouvernement nul en Flandre, avec zéro soutien" a-t-il encore déclaré.

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a rappelé dimanche sur la RTBF que la liberté de vote sur les sujets éthiques, et donc sur la proposition de loi visant à dépénaliser totalement l'avortement, restait d'application chez les libéraux.

De son côté, le Vlaams Belang veut que le Parlement flamand invoque un conflit d'intérêt contre ce projet de loi. Cela suspendrait la poursuite de la discussion autour de la proposition à la Chambre. Pour pouvoir l'invoquer, il faut l'accord des trois quarts du Parlement flamand. L'Open Vld devrait l'approuver. Improbable vu qu'il a cosigné la proposition en question. Et le président libéral Egbert Lachaert a déclaré, ce lundi matin, que s'il n'y avait pas de solution au dossier d'ici jeudi, les députés de l'Open Vld seraient libres pour voter.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés