analyse

Galant, ou comment rendre la SNCB plus efficace

La ministre Galant impose un plan d’entreprise de 5 ans à la SNCB avec un agenda serré. ©BELGA

La ministre de la Mobilité Jacqueline Galant demande au CEO de la SNCB de finaliser un plan d’entreprise pour fin octobre. La même sollicitation vise le patron d’Infrabel. Elle annonce la finalisation des nouveaux contrats de gestion pour le premier semestre 2016.

Tout en préparant dans le plus grand secret son plan de modernisation du rail belge, la ministre fédérale de la Mobilité Jacqueline Galant (MR) a déjà en tête la prochaine étape de son action. Selon nos informations, dans la foulée de la présentation de son plan d’efficience, elle va confier une feuille de route avec un agenda serré au CEO de la SNCB, Jo Cornu, et à son homologue d’Infrabel, Luc Lallemand. C’est ce qu’elle indique dans un courrier envoyé à Karine Lalieux, la présidente de la "Commission infrastructure et des Entreprises publiques" de la Chambre.

Elle s’apprête donc à demander aux deux patrons du groupe SNCB de préparer chacun un plan d’entreprise quinquennal. Le document doit être conforme à sa vision stratégique pour le rail belge. "Ma vision qui définit une stratégie pour les 5 prochaines années devra se traduire en un plan d’entreprise de la SNCB (l’entreprise ferroviaire de transport, NDLR) et d’Infrabel (le gestionnaire d’infrastructure, NDLR), à élaborer par les managements réciproques. Il me semble raisonnable d’estimer la finalisation de cet exercice qui devra être approuvé par les organes de gestion de ces entreprises publiques autonomes pour la fin octobre 2015", lit-on dans la lettre datée du 3 juillet et dont nous avons eu connaissance.

Selon des sources proches du dossier, les deux CEO doivent donc coucher dans un document leurs objectifs notamment en matière financière (chiffre d’affaires, résultats opérationnels, etc.) et des projets à réaliser ainsi que sur la manière dont ils comptent les atteindre.

 

Timing réaliste

Contactées par nos soins, les deux sociétés ne sont pas surprises par la démarche de leur ministre de tutelle. "Nous travaillons déjà sur un plan d’entreprise, mais nous ne pourrons pas le finaliser tant que nous n’aurons pas d’informations précises sur les moyens qui seront mis à notre disposition. L’initiative de la ministre est tout à fait logique", dit-on à la SNCB. "Le timing est connu et nous semble réaliste", renchérit-on du côté d’Infrabel.

Les entreprises attendent donc les détails du plan de modernisation de Jacqueline Galant. Selon le timing, il devrait être sur la table du Conseil des ministres de vendredi. La ministre fait actuellement le tour des cabinets des vice-Premiers ministres pour leur soumettre une première ébauche de son plan. Des suggestions lui sont faites. À elle de faire les arbitrages nécessaires.

Après avoir passé le cap du Conseil des ministres, Jacqueline Galant devrait débouler en commission de l’Infrastructure pour exposer sa vision des 5 prochaines années. Le rendez-vous est déjà pris pour mercredi prochain, soit le 15 juillet.

Contrats de gestion en 2016

Après le plan d’efficience, il restera un autre volet conséquent: les contrats de gestion des deux entreprises. C’est le document qui fixe les engagements de la SNCB et d’Infrabel vis-à-vis du gouvernement fédéral en échange de la dotation publique que les deux entreprises perçoivent (environ 3 milliards par an). La ministre Galant souligne que ces contrats de gestion doivent aussi intégrer les objectifs de sa vision stratégique.

Mais leur finalisation ne devrait intervenir que dans le courant du premier semestre 2016. Par conséquent, les députés de la commission ne pourront pas l’examiner après les vacances parlementaires comme ils le souhaitaient.

Les contrats de gestion des deux sociétés sont arrivés à expiration en 2012, mais ils sont prorogés depuis lors dans l’attente des nouveaux engagements à fixer aux deux opérateurs.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés