Georges-Louis Bouchez veut "discuter du concret" pour la formation du prochain gouvernement

Pour le président du MR Georges-Louis Bouchez, les mesures de relance qu'il faudra prendre suite à la crise sanitaire seront au coeur des discussions pour la formation d'un nouveau gouvernement fédéral. ©BELGAIMAGE

"Arrêtons de prendre la température, entrons dans le vif du sujet", plaide le président du MR Georges-Louis Bouchez dans une interview accordée à l'agence Belga.

Le président du MR Georges-Louis Bouchez n'est pas opposé à la démarche des présidents des partis socialistes de consulter leurs collègues en vue de parler de l'après-pouvoirs spéciaux, mais il estime qu'il est temps d'entrer dans le vif du sujet et d'aborder les mesures concrètes à mettre en œuvre pour sauver certains secteurs et relancer l'économie.

"Aujourd'hui, tout le monde se comporte comme si le Covid-19 était derrière nous alors que nous n'en sommes pas encore sortis."
Georges-Louis Bouchez
Président du MR

"À un moment donné, on doit débattre du fond des choses et arrêter de prendre la température des uns et des autres. Si Paul Magnette et Conner Rousseau veulent prendre un peu l'air après le confinement et faire une synthèse des positions des uns et des autres, tant mieux. Mais il est temps que chacun mette ses propositions sur la table et que l'on discute du concret, de ce que l'on fait pour tel et tel secteur. Le plan de relance sera au cœur du programme du prochain gouvernement, si l'on trouve un accord sur ce point, on aura l'ossature du prochain gouvernement. Il n'y a pas lieu de distinguer les deux", a expliqué Georges-Louis Bouchez, interrogé par l'agence Belga. 

Plan de relance ou plan de sauvetage? 

Les pouvoirs spéciaux prendront fin, en principe, à la fin juin. Dès le mois prochain, des discussions pourraient démarrer entre présidents de parti, et ce d'autant plus que l'Open Vld aura renouvelé sa présidence dans l'intervalle. 

Entre-temps, il n'est pas question pour le président du MR de fragiliser le gouvernement actuel dirigé par Sophie Wilmès. Georges-Louis Bouchez met également en garde contre la confusion des vocables. Des pays voisins annoncent le lancement de grands plans face à la crise du coronavirus mais il s'agit de mesures de sauvetage plus que de relance. "Aujourd'hui, tout le monde se comporte comme si le Covid-19 était derrière nous alors que nous n'en sommes pas encore sortis", a-t-il fait remarquer.  

 

coalition fédérale

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés