Georges-Louis Bouchez voit des points de convergence entre libéraux et écologistes

Georges-Louis Bouchez estime la famille libérale "plus unie que jamais". ©jonas lampens

Dénonçant le volet institutionnel des propositions de la N-VA, le président du MR Georges-Louis Bouchez estime que libéraux et écologistes peuvent collaborer sur un programme gouvernemental en vue de former un "axe de la modernité".

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a assuré dimanche, sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" sur RTL-TVI, que les libéraux pouvaient "collaborer" avec la famille écologiste sur un programme gouvernemental.

"Avec les écologistes, nous pouvons nous entendre fortement sur des questions d'investissement d'avenir, sur une autre croissance, basée sur des nouvelles technologies, sur des technologies qui préservent la planète. Sur cet angle-là, on peut collaborer. C'est un axe de la modernité. Et c'est cela que je souhaite", a-t-il affirmé.

Le Montois a également insisté sur les "deux points de convergences majeurs" qui se dégagent entre les libéraux et les Verts: "donner un avenir à ce pays" et "un regard sur une autre manière d'organiser l'économie et la société".

"Je suis peut-être et certainement le premier opposant à la N-VA."
Georges-Louis Bouchez
Président du MR à propos du volet institutionnel des propositions de la N-VA

Non à la N-VA sur le plan institutionnel

Il a dénoncé, par contre, le volet institutionnel des propositions de la N-VA, qui réclame de nouveaux transferts de compétences du fédéral vers les entités fédérées. "Aujourd’hui, la politique belge, c’est comme un aiguillage de train. Vous avez le choix entre deux issues, soit le socio-économique, et dans ce cas, je suis effectivement naturellement enclin à faire un accord avec la N-VA car c’est du socio-économique de droite. Mais l’autre choix, c’est l’institutionnel et là je suis certainement le premier opposant à la N-VA car on a, d’un côté, des gens qui veulent diviser le pays et, de l’autre, nous, des gens qui veulent donner un avenir à la Belgique et avoir un État plus efficace", a-t-il expliqué.

Refédéralisation

Interrogé par Pascal Vrebos sur sa rencontre du 18 juillet avec Bart De Wever, le président de la N-VA, Bouchez a botté en touche:  "Il faut garder un certain secret. La seule chose que je peux vous dire, car c’est de notoriété publique, c’est qu’on s’est opposé sur notre vision de la Belgique. Entre quelqu’un qui pense, qu’en divisant tout, ça marchera mieux et quelqu’un, comme moi, qui a la conviction qu’on ne peut pas rester avec 9 ministres de la Santé et qu’on a un personnel politique trop important. Il faut une répartition des compétences plus claire. Il faut aussi envisager une refédéralisation et surtout un projet commun."

Georges-Louis Bouchez a également assuré que la famille libérale (MR et Open Vld) était "plus unie que jamais" pour "donner un avenir à une Belgique unie et efficace", dans la perspective du 200e anniversaire de la création du pays en 2030.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés