Publicité

Gilkinet à De Bleeker: "Nous avons besoin de politiques nouvelles et d'investissement"

Le vice-Premier ministre Écolo, Georges Gilkinet, souligne la fragilité de l'économie belge, marquée par la pandémie et les inondations. ©BELGAIMAGE

La secrétaire d'État au Budget Eva de Bleeker a plaidé, ce jeudi matin, pour un effort budgétaire de 3 milliards d'euros. Le vice-Premier ministre Georges Gilkinet lui répond.

"L'économie est encore fragile et on n'a pas encore digéré toutes les conséquences du covid et des inondations, l'exercice budgétaire devra le prendre en compte. Nous avons besoin de politiques nouvelles et d'investissement, au-delà des mesures d'économie structurelle déjà décidées et appliquées en 2021."

"L'accord de gouvernement prévoit de renouer avec l'investissement public. Ce qui est nécessaire et va permettre de créer de l'emploi et de nous mettre sur la voie de la transition."
Georges Gilkinet
Vice-Premier ministre Écolo

Le vice-Premier ministre Écolo Georges Gilkinet réagit ainsi aux propos tenus ce jeudi matin dans Le Soir par la secrétaire d'État au Budget Eva de Bleeker (Open Vld). Selon la libérale, la croissance étant "de retour et significative", il est souhaitable de faire, dès à présent, un "effort budgétaire supplémentaire d'environ 3 milliards d'euros."

En termes de mesures d'assainissement, elle évoque par exemple la réduction des coûts de fonctionnement de l'État, des économies sur l'utilisation des bâtiments de l'État avec le télétravail ou encore la fiscalisation des achats sur internet en dessous de 22 euros. 

"Renouer avec l'investissement public"

"L'accord de gouvernement prévoit de renouer avec l'investissement public, répond Georges Gilkinet. Ce qui est nécessaire et va permettre de créer de l'emploi et de nous mettre sur la voie de la transition. Je soutiens pleinement cet objectif et veillerai à ce qu'il soit rencontré!", assure le ministre de la Mobilité.

Le gouvernement fédéral poursuivra ses travaux budgétaires ce vendredi. Les États membres doivent soumettre leurs projets de plans budgétaires à l'Europe au plus tard le 15 octobre. L'UE a suspendu pour l'an prochain encore l'application des règles de Maastricht.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés