Gosuin ne veut pas succéder à Maingain à la tête de DéFI, Magdalijns oui

Didier Gosuin ©BELGA

L'ex-ministre régional bruxellois Didier Gosuin ne sera pas candidat à l'élection de la personne appelée à succéder à Olivier Maingain à la présidence de DéFI à partir du mois de décembre prochain. Ils sont deux à s'être lancés dans la course à la présidence: François De Smet et Christophe Magdalijns.

Malgré les appels du pied au sein de son parti pour assurer une transition douce suite au retrait d’Olivier Maingain, président des amarantes depuis près d’un quart de siècle, le bourgmestre d’Auderghem a déclaré ce vendredi qu’il ne se présenterait pas à la présidence de DéFI. "Je ne serai pas candidat car j'aime respecter mes propres engagements. J'avais dit en janvier dernier que je ne souhaitais pas me présenter aux élections de mai dernier. J'avais fait part de mon souhait de prendre de la distance et réfléchir à une participation à l'émergence d'un mouvement de réflexion politique", a expliqué Didier Gosuin à l’agence de presse Belga.

"Je ne serai pas candidat car j'aime respecter mes propres engagements."
Didier Gosuin

   Alors que l’appel à candidatures s’achève ce dimanche, seul le député fédéral François De Smet est officiellement candidat au poste. Le philosophe et ancien directeur du Centre fédéral Migration (Myria) a pour ambition de fluidifier les structures et les procédures internes du parti, de resserrer les liens avec la société civile, de réinvestir l’échelon fédéral et de développer le parti amarante en Wallonie.

Sans attendre la décision de Didier Gosuin, le chef de groupe au parlement bruxellois Emmanuel De Bock a quant à lui fait savoir jeudi qu’il ne se lancera pas dans la course, préférant se mettre au service de celui ou celle qui incarnera un projet collectif. En revanche, le député bruxellois Christophe Magdalijns, qui avait clairement conditionné sa participation à celle du ténor auderghemois, a annoncé dans la soirée sur Twitter qu'il sera lui aussi candidat à la présidence.


Ils sont donc deux à s'être lancés dans la course à la présidence, derrière lesquels on retrouve les figures tutélaires du parti, certains considérant François De Smet comme le candidat du président sortant Olivier Maingain et Christophe Magdalijns comme le poulain de Didier Gosuin, même s'ils ont eu des rapports difficiles au moment où Magdalijns était bourgmestre faisant fonction d'Auderghem.

L'ex-ministre régional bruxellois a toutefois déclaré ce vendredi soir sur LN24 que François De Smet était un homme brillant, avec de bonnes idée. Selon Didier Gosuin, il est également important que le président du parti soit un parlementaire. De Smet siège au Parlement fédéral aux côtés de Sophie Rohonyi, tandis que Magdalijns est député bruxellois.

Dans ce duel qui s'engage entre les deux hommes, Magdalijns pourrait toutefois compter sur le soutien des membres du parti qui trouvent que cette fonction viendrait trop tôt pour François De Smet, qui n'est membre du parti et député que depuis cette année.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés