Grabuge au guichet asile de l'Office des étrangers

©BELGA

Le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Theo Francken, a annoncé sur Twitter ce mardi qu'il avait fait fermer le guichet asile de l'Office des étrangers suite à une agression. Après une heure d'interruption, le guichet a rouvert.

Le secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations, Theo Francken, a fermé le bureau des demandes d'asile de l'Office de l'immigration "jusqu'à nouvel ordre", après une agression. Un fonctionnaire aurait été frappé. Le N-VA a fait cette annonce sur Twitter ce mardi. "Agression et violence au guichet asile, l'employé de DVZ était en difficulté. J'ai ordonné de fermer le guichet jusqu'à nouvel ordre", explique Francken.

La fermeture fut de courte de durée. Une heure plus tard, les portes rouvraient.

"Depuis jeudi dernier, l'Office des Etrangers limite le nombre d'enregistrements des demandeurs d'asile à 50-60 par jour et le nombre de demandeurs d'asile qui ne peuvent pas en franchir les portes augmente. Hier, une bonne centaine d'entre eux a été refusée. Ce matin, un nombre accru de personnes se sont présentées à l'Office et une bousculade a éclaté. Vers 09h00, un agent de sécurité qui contrôle les identités à l'entrée a été frappé et les portes du bâtiment ont été immédiatement fermées. La police a été appelée sur place pour rétablir le calme et l'Office a rouvert vers 10h00", détaille la porte-parole de l'Office des Etrangers, Dominique Ernould. Dans la mêlée, l'auteur des coups a réussi à prendre la fuite. 

"A partir de demain, un présence policière accrue sera demandée devant l'entrée de l'Office pour éviter les tensions", ajoute-t-elle.  Le directeur de l'Office, Freddy Roosemont, a par ailleurs laissé entendre qu'il étudiait la possibilité d'une assistance permanente de la police. Theo Francken va examiner, ensemble avec l'Office des Etrangers, quelles mesures sont nécessaires, selon le cabinet du secrétaire d'Etat. 

"Theo Francken est en train de créer sciemment la situation qu'il dénonce aujourd'hui et c'est indécent. La tension auprès des demandeurs d'asile est palpable et ce qui est arrivé était prévisible. Depuis la limitation du nombre d'enregistrements, nous voyons des demandeurs d'asile partir à 05h00 de la porte d'Ulysse -le centre d'accueil géré par la Plateforme citoyenne à Haren- afin d'arriver les premiers à l'Office des Etrangers pour être sûrs d'être reçus, ce qui engendre forcément de la nervosité", indique Mehdi Kassou, porte-parole de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. "Le centre d'accueil à Haren qui propose 350 lits, fonctionne déjà à pleine capacité et hier, nous avons dû refuser une quarantaine de personnes alors qu'il fait froid. Or, il reste des places disponibles dans le réseau d'accueil et notamment dans le dispositif de Caritas", ajoute-t-il encore. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect