Jan Jambon (N-VA): "Nous savons évidemment faire des compromis"

Jan Jambon (N-VA) veut privatiser la SNCB. ©Dries Luyten

Le chef de file de la N-VA délivre dans L'Echo du Week-end tous les détails de la politique que son parti entend mener sur les questions socio-économiques s’il est au pouvoir après les élections. Au menu, la privatisation de la SNCB. "Nous sommes prêts à faire des compromis, c’est évident. Mais il y a une limite minimum en dessous de laquelle nous n’accepterons jamais de descendre", insiste Jan Jambon.

Alors que la N-VA tient ce week-end son grand congrès de campagne électorale à Anvers, où plus de 4.000 militants sont attendus dimanche, la figure de proue du parti pour les questions d’ordre socio-économique, le député Jan Jambon, détaille les priorités absolues de son parti en la matière.

"Nous voulons faire basculer les choses dans ce pays, dit-il dans une interview accordée à "L’Echo". Il faut qu’on arrête de saigner les entrepreneurs et les gens qui travaillent", assène-t-il en ancrant son discours dans une logique de "centre-droit".

Si sa formation politique accède au pouvoir au lendemain du 25 mai prochain, Jan Jambon indique vouloir procéder à "un assainissement des finances publiques via des économies draconiennes".

"Toutes les dépenses de l’État seront gelées", avertit Jan Jambon.

Il qualifie de "quasi nuls" les efforts du gouvernement Di Rupo en la matière ces trois dernières années. Autre piste: la SNCB, dont Jambon verrait bien les activités opérationnelles privatisées.

Deuxième priorité absolue de la N-VA: une réforme fiscale qui doit profiter aux gens qui travaillent. La tranche d’imposition supérieure sera supprimée et celle à 40% élargie.

"Nous allons faire bouger les choses", dit-il en ajoutant vouloir s’opposer "au modèle proposé par le PS", un modèle cautionné par les partis qui gouvernent avec lui.

"Nous sommes prêts à faire des compromis, c’est évident. Mais il y a une limite minimum en dessous de laquelle nous n’accepterons jamais de descendre."

À propos, ni De Wever ni Jambon ne sont pour l’heure candidats Premier ministre.

 

Dans une longue interview exclusive à L’Écho, Jan Jambon livre la vision socio-économique que son parti veut mettre en action s’il peut gouverner au lendemain du 25 mai.

Jan Jambon, le porte-voix des nationalistes flamands sur les dimensions socio-économiques, s’exprime alors que plus de 4000 militants du parti sont attendus ce week-end à Anvers pour le grand congrès du parti sur toutes ces thématiques. "Nous sommes par principe pour les privatisations de la plupart des entreprises publiques", dit-il.


A lire dans L'Echo Week-End

 


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés