Jan Smets doit sauver le statut unique

©Sofie Van Hoof

Le vice-président du Conseil supérieur de l'emploi est chargé de faciliter les discussions qui reprendront lundi prochain.

Le gouvernement a désigné un expert pour faciliter les discussions entre les syndicats et les employeurs dans le cadre des discussions sur le statut unique employés-ouvriers. Cette tâche a été confiée à Jan Smets, vice-président du Conseil supérieur de l'emploi et directeur de la Banque nationale, a-t-on appris vendredi à l'issue de la concertation entre les partenaires sociaux et le gouvernement à la résidence du Premier ministre Elio Di Rupo.
   
Les partenaires sociaux ont fait part de leurs réponses aux 12 questions qui leur avaient été posées début juin par le gouvernement en vue d'une harmonisation des statuts ouvriers et employés. Les syndicats et les employeurs n'ont pas pu apporter de réponse univoque à toutes les questions qui ont été posées. "Nous avons des réponses. Nous n'avons d'ailleurs pas que 12 réponses, mais plutôt 16 ou 18", a déclaré le président de la CGSLB, Jan Vercamst avant la concertation.

"Toutes les réponses ne sont pas les mêmes", a souligné après la concertation Monica De Coninck, ministre de l'Emploi. "Jan Smets facilitera les discussions la prochaine semaine afin de voir quelles bases solides peuvent être utilisées pour atteindre un règlement final", a ajouté la ministre de l'Emploi Monica De Coninck. "C'est une phase difficile, il nous faut placer les pièces du puzzle. Chacun a expressément indiqué qu'il fallait trouver une solution."

"Nous avons décidé de nommer un expert afin de tenter de rapprocher les différents points de vue", a dit Pierre Alain De Smedt, président de la FEB et président du Groupe des 10. Les points de vue se sont rapprochés ces dernières semaines, selon lui, mais le processus doit "être accéléré".

La Cour constitutionnelle a fixé le 8 juillet comme date butoir pour que cesse la discrimination entre ouvriers et employés.

Des actions en vue

De leur côté, les syndicats chrétien et socialiste des employés ont décidé de mener une action, le jeudi 27 juin à 10h00, devant les bureaux de la Fédération des Employeurs de Belgique (FEB). Ils souhaitent protester contre le "comportement inflexible" des travailleurs durant les négociations pour le statut unique entre employés et ouvriers, ont indiqué vendredi le SETCa, la LBC-NVK et la CNE.

Si la concertation n'a pas donné de résultat, c'est en raison, selon les syndicats des employés, de l'attitude des employeurs "qui sont restés inflexible dans ce dossier". "Dans leurs proposition reprises dans le Groupe des 10 (organe de concertation entre syndicats et employeurs, NDLR), on peut clairement en déduire qu'ils ne lâcheront pas un millimètre concernant les délais de préavis et le jour de carence".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés