Publicité

L'aide au développement belge ne remplit pas ses objectifs

Le CNCD-11.11.11 appelle le gouvernement belge à davantage d'efforts en matière d'aide au développement. ©REUTERS

Malgré une légère augmentation en 2020, l’aide au développement de la Belgique se chiffre à près de 2 milliards d'euros, soit 0,46% de son revenu national brut. L’objectif international est de 0,7%.

Selon le rapport annuel du CNCD-11.11.11 (Centre national de coopération au développement) sur l’Aide publique belge au développement, la Belgique ne tient pas ses promesses en matière d’aide au développement. Malgré une légère augmentation en 2020, celle-ci ne représente que 0,46% de son revenu national brut (RNB), soit près de 2 milliards d’euros, et n’atteint pas l’objectif international de 0,7%.

161
milliards de dollars
Soit le niveau record de l'aide au développement dans le monde en 2020. Ce qui ne représente toutefois que 0,32% du PIB mondial.

Le CNCD appelle le gouvernement à davantage d'efforts dès le budget fédéral de 2022. "La crise du coronavirus est un test de solidarité. Dans un monde de plus en plus interdépendant, on ne sortira durablement de la crise actuelle que lorsque ce sera le cas partout dans le monde, y compris dans les pays du Sud", déclare Arnaud Zacharie, secrétaire général.

La Suède en tête de liste mondiale

En 2020, l’aide au développement atteint le niveau record de 161 milliards de dollars dans le monde… mais ne représente que 0,32% du PIB mondial. "Cela ne représente que 1% des plans de relance des pays du Nord et 4% des besoins des pays du Sud pour atteindre les objectifs de développement durable", ajoute Antoinette Van Hutte, chargée de plaidoyer.

Vers une contrainte légale?

Après la quantité, vient la qualité de l'aide. Le CNCD salue la concentration des aides belges dans les zones les plus pauvres et fragiles, ses aides "déliées" (non associées à des obligations de recourir à ses propres entreprises) et la nouvelle approche des relations entre aide et migration ou à la souveraineté alimentaire.

"Il faut immuniser l’aide face à d’éventuelles restrictions budgétaires, sachant que depuis 10 ans, c'est une des principales variables d'ajustement budgétaire."
Arnaud Zacharie
Secrétaire général du CNCD-11.11.11

Il recommande tout de même de rendre l’aide plus efficace, en s’alignant sur les priorités des pays partenaires et en s’assurant que les instruments de mobilisation de financements privés bénéficient bien au secteur privé local.

Mais en vue du conclave budgétaire de la mi-octobre, le CNCD appelle surtout la Belgique à respecter l’engagement pris dans la déclaration gouvernementale: augmenter le budget de l'aide belge dès 2022 et adopter une loi qui assure une trajectoire contraignante d’augmentation du budget pour atteindre les 0,7% en 2030 au plus tard.

"Il faut immuniser l’aide face à d’éventuelles restrictions budgétaires, sachant que depuis 10 ans c’est une des principales variables d’ajustement budgétaire", plaide Arnaud Zacharie.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés