L'ajustement budgétaire vire au cauchemar à Bruxelles et en Wallonie

Christophe Lacroix, le ministre wallon du Budget, a reçu de très mauvaises nouvelles du fédéral. ©BELGA

Grosse tuile pour les finances de Bruxelles et de la Wallonie. La révision à la baisse des recettes par le Fédéral fait gonfler le trou budgétaire wallon à près de 300 millions. A Bruxelles, on parle d’un manque à gagner de plus de 100 millions au niveau de l’IPP.

C’est la panique depuis jeudi soir! Alors que les différents ministres wallons s’apprêtaient à entamer un ajustement budgétaire "relax" dans les prochains jours, tout comme à Bruxelles, l'ambiance est retombée. Pour faire bref, c’est l’inquiétude!

Dans les couloirs du cabinet du ministre wallon du Budget, on se dit catastrophé. "On tombe des nues". À entendre les Wallons, c’est comme si le ciel venait de leur tomber sur la tête. "Avec ce qui nous arrive, notre ajustement budgétaire tombe à l’eau. Impossible de parler d’un pacte de stabilité sur 5 ans!"
Côté Bruxellois, ce n’est pas mieux. "L’ajustement va être beaucoup plus compliqué que prévu", estime une source au sein d’un cabinet.

C’est un courriel transmis par le SPF Finances jeudi après-midi qui a mis le feu. Que contient cette lettre? D’après nos informations, le Fédéral aurait fait état d’une sérieuse détérioration des recettes qu’il gère aux noms des trois Régions. Par recettes, on entend ce qui touche aux additionnels à l’impôt des personnes physiques (IPP), aux droits de successions. En gros, les prévisions sont revues largement à la baisse. Les dotations liées à la loi spéciale de financement seraient également amputées.

Bref, un solide manque à gagner en perspective pour les budgets des Régions à quelques jours des ajustements. De combien? "Rien qu’au niveau de l’additionnel à l’impôt des personnes physiques, on parle d’un manque à gagner de 750 millions d’euros pour les trois Régions", assure un proche du dossier.
Côté wallon, Christophe Lacroix (PS) fulmine. D’après les derniers chiffres en possession du SPF Finances depuis une semaine mais transmis seulement aux Régions jeudi, les recettes wallonnes au niveau de l’IPP plongent de 250 millions d’euros. Le ministre du Budget s’est d’ailleurs exprimé assez sèchement dans un communiqué diffusé jeudi soir. "La dégradation des recettes communiquées par le ministre fédéral des Finances s’avère sans commune mesure par rapport aux chiffres calculés et validés précédemment par ce dernier. L’étonnement est d’autant plus grand que l’avis du comité de monitoring fédéral du 19 mars ne laissait apparaître aucune dégradation significative."

Christophe Lacroix va jusqu’à mettre en doute la fiabilité des chiffres. La Région Wallonne pointe la méthodologie employée par le SPF Finances.
La clé de répartition de la population aurait ainsi soudainement changé dans le calcul des paramètres économiques. "Il n’y a pourtant pas eu un bouleversement au niveau de la population wallonne".

Trou de 100 millions à Bruxelles

Même à Bruxelles, on se dit abasourdi par les chiffres et le manque de concertation du Fédéral. D’après nos informations, la Région se retrouve face à un manque à gagner de plus de 100 millions uniquement pour ce qui concerne l’impôt des personnes physiques par rapport aux  estimations intégrées dans le budget initial. "Il y a un véritable problème. Nous avons reçus ces chiffres jeudi sans aucune explications méthodologique", nous explique-t-on.
Pour la Flandre, la baisse des recettes l’IPP est de 400 millions.
Sans attendre la réunion de mardi prévue par le SPF Finances, le ministre-Président Rudi Vervoort (PS) ainsi que son collègue au Budget Guy Vanhengel (open VLD) ont écrit vendredi au Premier ministre et à son collègue des Finances ainsi qu’à celui du Budget pour se plaindre de l’absence d’explications données par le SPF Finances . "Aucun élément ne nous permet à ce stade de déterminer les causes de la dégradations annoncée de plus de 100 millions pour la Région bruxelloise en 2015. Nous ne pouvons que déplorer cet état des choses", insiste la lettre.
La Région bruxelloises rappelle d’ailleurs dans son courrier que "lors de la précédente communication, en date du 11 septembre 2014, plusieurs représentants des entités fédérées avaient fait part de leurs réserves sur la méthodologie utilisée, en l’absence d’une note explicative (...) Depuis lors aucune avancée significative n’a permis de rendre transparente la méthodologie".
Côté wallon, le cabinet du ministre Lacroix rassemble les preuves (les mails venant du Fédéral) et  entend bien prouver que le Fédéral a été négligeant au niveau de sa communication. L’objectif? "Tous les signaux donnés par le Fédéral étaient à l’orange et au final, on a un effondrement des recettes. Impossible de travailler correctement dans des conditions pareilles. Il y a un réel problème de transmission d’informations entre le Fédéral et la Région", explique-t-on.

Près de 300 millions à trouver en Wallonie

Reste une dernière inconnue. Quel sera l’impact pour l’ajustement budgétaire wallon? Exit le scénario initial des 70 millions à trouver. La nouvelle configuration part sur une baisse des recettes d’au-moins 440 millions contre 190 millions encore mercredi.
Ce trou devrait être partiellement compensé par une baisse des dépenses de 120 millions. Conclusion, la Région wallonne doit trouver près de 300 millions d’euros pour boucler son budget 2015.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés