analyse

L'Arizona Dream vire au cauchemar

Egbert Lachaert (Open Vld), Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) marchent vers l'Arizona depuis le 17 juin. ©Photo News

Une réunion prévue lundi entre les six partis pressentis pour former une majorité fédérale n'a pu avoir lieu. Agacé par le président du MR, le cdH n'est pas encore prêt à se mettre autour de la table.

"Il ne fait rien pour maintenir le radeau de la méduse à flot." C'est un cdH qui parle après la pièce de boulevard qui s'est jouée lundi dans le cadre de la formation du gouvernement fédéral. Visé: Georges-Louis Bouchez. On replante le décor: cela fait trois semaines que le président du MR tente avec ses homologues de l'Open Vld et du CD&V de préparer le terrain d'une véritable négociation. Le but de la séquence n'est plus un mystère pour grand monde, il s'agit d'associer les trois partis précités à la N-VA, au sp.a et au cdH. Ce qui donne une courte majorité de 76 sièges à la Chambre. Elle est appelée Arizona car elle arbore les couleurs du drapeau de l'État états-unien.

Lundi, ce sont les relations MR-cdH qui ont fait l'actualité. Après plusieurs jours de tentatives de rapprochements avec le sp.a, le trio a voulu convoquer une réunion à six partis. Le hic c'est que le cdH n'a jamais été vraiment consulté depuis le 17 juin, date à laquelle Georges-Louis Bouchez (MR), Joachim Coens (CD&V) et Egebert Lachaert (Open Vld) ont pris la main. Le président du cdH, Maxime Prévot, ne les a vus qu'une fois en trois semaines. Lundi, le bureau du parti en a conclu qu'il ne voyait pas encore assez clair que pour s'asseoir autour de la table.

"Maxime Prévot a simplement fait savoir qu'une réunion Arizona sans le sp.a n'avait pas beaucoup de sens."
Une source cdH

Il en a été pour ses frais. Sur Twitter, Georges-Louis Bouchez a vite fait d'indiquer que si le cdH a refusé de venir, c'est avant tout parce que le sp.a avait, lui aussi, décliné l'invitation. Le président du MR assurant disposer d'un sms du président Prévot pour le prouver. Voilà le cdH accusé de travestir la réalité par un partenaire potentiel menaçant de dévoiler des messages présidentiels. Pour instaurer la confiance, il y a mieux. Au cdH, on fulmine. "C'est invraisemblable, Maxime Prévot a simplement fait savoir qu'une réunion Arizona sans le sp.a n'avait pas beaucoup de sens", dit un cador. On rappellera qu'à la base, les relations entre bleus et oranges ne sont pas bonnes. Le président du MR évoquant à qui veut l'entendre sa volonté de couler le cdH, répète-t-on chez les humanistes.

La minorité francophone pose problème

Ceux-ci sont d'autant plus échaudés que la formule Arizona ne compte que 19 députés francophones (14 MR et 5 cdH). C'est très minoritaire, encore plus que ne l'était la Suédoise. "On est prêts à éventuellement discuter mais ça n’engage en rien, dit un cdH. Cette forte minorité francophone, c’est un gros problème. La tripartite traditionnelle (la formule proposée par Paul Magnette et Conner Rousseau avant que le trio ne prenne la main, NDLR) est tout de même plus équilibrée à cet égard."

Quant au sp.a, Bouchez, Coens et Lachaert semblent patiner. La semaine dernière, Conner Rousseau, le jeune patron des socialistes flamands, avait mis une note sur la table reprenant les impératifs du parti (renforcement des soins de santé, une contribution fiscale du grand capital et un gel de la taxation sur la consommation). Après une entrevue samedi, le sp.a a fait savoir qu'il ne disposait pas encore de garanties quant à ces exigences. Cela fait des jours qu'il demande une note de base du trio. Cette note existe, elle est même équilibrée et devait être présentée lundi au cours de cette plénière, assure Bouchez, toujours sur Twitter.

On signalera, enfin, que l'épisode de l'IVG risque de laisser des traces dans les relations MR-CD&V. Joachim Coens était persuadé que le MR appuierait le renvoi du texte en commission de la Chambre afin de retarder son vote. Un engagement que Georges-Louis Bouchez n'aurait pas tenu, laissant la liberté à ses députés de voter librement, comme le veut la tradition libérale dans les dossiers éthiques.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés