Publicité
mon argent

L'avantage fiscal pour les secondes résidences sur un terrain glissant

Les propriétaires d'une résidence secondaire peuvent déduire les intérêts de leur emprunt. ©Photo News

Plusieurs partis du gouvernement fédéral veulent mettre fin à l'avantage fiscal lié à l'emprunt contracté dans le cadre de l'achat d'une résidence secondaire.

L'avantage fiscal pour les secondes résidences, soit la déduction ordinaire d'intérêts, est dans le viseur d'Ecolo, Groen, des socialistes et du CD&V. Ces partis de la majorité demandent la suppression de cet avantage, ce qui pourrait rapporter jusqu'à 100 millions d'euros à terme, rapporte De Standaard.

Actuellement, tout propriétaire d'une résidence secondaire qui emprunte pour financer l'achat de celle-ci a droit à un avantage fiscal, appelé "déduction ordinaire d'intérêts", qui permet de déduire les intérêts de son crédit. Cet avantage n'existe que pour les résidences secondaires, pas pour l'achat d'une habitation propre puisque, depuis la sixième réforme de l'État de 2014, les Régions sont compétentes pour l'habitation propre tandis que l'État fédéral l'est pour les résidences secondaires.

Il existe, en fait, deux avantages fiscaux liés à l'achat d'une résidence secondaire.

Les Régions bruxelloise et flamande, quant à elles, ont supprimé le bonus-logement qui était accordé lors de l'achat d'une résidence principale respectivement en 2017 et 2020. Seul persiste le chèque-habitat en Wallonie. Mais le gouvernement Michel n'a jamais osé s'attaquer à l'avantage fiscal sur les résidences secondaires, désormais sur la liste des mesures des prochaines discussions budgétaires.

Déduction ordinaire d'intérêts

Il existe, en fait, deux avantages fiscaux liés à l'achat d'une résidence secondaire. Le premier est la déduction ordinaire d'intérêts qui permet de déduire intégralement les intérêts payés du revenu immobilier imposable.

Épargne à long terme

Le deuxième avantage fiscal est celui que procurent les amortissements de capital. Mais il dépend de si vous avez encore ou non un emprunt en cours pour l'achat de votre résidence propre et du moment où cet emprunt a été conclu. Il ne peut, en effet, pas être cumulé avec une autre réduction d'impôts régionale (chèque-habitat, bonus logement), sauf dans un nombre limité de cas, puisqu'il fait partie du même panier fiscal.

Le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V), estime que l'existence de cet avantage fiscal est difficile à justifier (...).

Les amortissements en capital peuvent bénéficier de la réduction d'impôt pour l'épargne à long terme (30%), mais le montant est plafonné selon l’année de l’emprunt et vos revenus professionnels.

"Difficile à justifier"

Le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V), estime que l'existence de cet avantage fiscal est difficile à justifier, mais il ne veut pas anticiper les prochaines discussions budgétaires. Ecolo et Groen, de leur côté, ont déjà déposé un projet de loi pour abolir cet avantage fiscal à partir de 2022. "Nous soutenons sa suppression", appuie, de son côté, le président des chrétiens-démocrates flamands, Joachim Coens.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés