L'économie belge enregistre sa plus forte contraction depuis la Seconde guerre mondiale

La récession sera profonde en Belgique. ©Photo News

En 2020, l'économie belge devrait se contracter de 10,6%, avant de rebondir de 8,2% l'année suivante, estime le Bureau du plan.

Le PIB belge risque d'enregistrer cette année sa plus forte contraction depuis la Seconde guerre mondiale. Ce constat peu réjouissant est dressé, ce vendredi, par le Bureau du plan qui table sur une récession de 10,6%, avant que le pays ne renoue avec une croissance de 8,2% en 2021.

Attention, ce scénario ne tient que dans le cas d'un redémarrage en Belgique et à l'étranger qui ne soit pas compromis par de nouvelles mesures de confinement dictées par une résurgence de la pandémie. "Cette éventualité demeure toutefois un risque important à la baisse", avertit l'institution fédérale.

-10,6%
PIB
La contraction de l'économie belge devrait atteindre -10,6% en 2020.

Dans l'hypothèse privilégiée, les exportations belges devraient en tout cas chuter de 12%, avant de rebondir de 10,7% en 2021. Du côté des importations, une baisse de volume de 10% est attendue, suivie d'une hausse identique l'année suivante. 

Les investissements des entreprises devraient, eux, plonger de plus de 21%. "La forte contraction de l’activité économique, qui s’accompagne d’une baisse sensible du taux d'utilisation des capacités de production industrielle, ainsi que les perspectives de demande particulièrement incertaines ne les incitent pas à investir actuellement", explique le Bureau du plan. Un rebond de 19% est par contre attendu en 2021, dans le sillage de l’amélioration des débouchés et de la rentabilité.

Le revenu des particuliers résisterait, quant à lui, "relativement bien", ne baissant que de 2,2%, avant de gagner 2,9% l'année suivante. Bien que les mesures prises par les pouvoirs publics pour atténuer les pertes de revenu et d’emploi ont permis de limiter la perte de pouvoir d’achat, la consommation des particuliers devrait baisser de 8,9%. En cause: la forte détérioration de la confiance des consommateurs.

L'emploi trinque

Depuis l'annonce des mesures de confinement, de nombreux emplois ont déjà été perdus. Sur l'ensemble de l'année, la baisse de l'emploi resterait toutefois relativement limitée (-34.000 personnes) mais elle risque d'être beaucoup plus prononcée en 2021 (-77.000 personnes). "Ainsi, malgré le recours à des mesures de protection de grande envergure, l'emploi n'échappe pas aux conséquences du choc économique", constate le Bureau du plan.

En moyenne annuelle, la hausse du chômage devrait être plus prononcée l'année prochaine (+88.000 personnes) que cette année (+61.000 personnes). Le taux de chômage passerait ainsi de 8,9% en 2019 à 11,6% en 2021, "ce qui annulerait le gain engrangé depuis 2015".

Déficit budgétaire de 40 à 45 milliards

"L'heure est à l'effort et à la reconstruction."
David Clarinval
Ministre fédéral du Budget (MR)

Ce contexte économique morose aura logiquement aussi des conséquences sur les finances publiques. Si le Bureau du plan ne donne pas d'évaluation du déficit belge, le ministre fédéral du Budget, David Clarinval (MR) estime qu'il sera de l'ordre de 40 à 45 milliards d'euros. Avant la crise, il atteignait déjà 13 milliards d'euros. D'après nos calculs, le déficit nominal belge s'établirait, en 2020, à 10,81% du PIB, soit nettement plus que les 7,5% annoncés dans le scénario un brin trop optimiste dessiné, début avril, par le Plan et la BNB. Et serait de 5,8% du PIB en 2021.

Les mesures de soutien à l'économie ainsi que les recettes fiscales en berne expliquent aussi en partie ce dérapage. "L'heure est à l'effort et à la reconstruction. L'État joue son rôle d'assureur dans cette crise. Il faut investir massivement pour soutenir l'économie, les travailleurs et les citoyens les plus touchés", a martelé le ministre. Samedi, le kern, élargi aux partis qui soutiennent les pouvoirs spéciaux, devrait dévoiler une partie du troisième volet de son "plan de protection sociale et économique".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés