L'exercice de transparence sur le dossier F-16 peine à convaincre

©BELGA

Les présentations effectuées par l’armée n’ont rien amené de neuf, au grand dam des députés.

Drôle d’exercice, ce mercredi à la Chambre. Jugez plutôt.

Mardi, le Premier ministre se mouille dans le dossier du remplacement du F-16. On accuse son gouvernement d’avoir privilégié le F-35, pipant les dés dès le départ? On critique le choix de l’avion de combat américain, au détriment d’un potentiel développement d’un marché européen de la défense? "Des accusations graves", juge-t-on dans la majorité. Justement: foi de Charles Michel, on allait voir ce qu’on allait voir, à la Chambre. Experts militaires, SPF Économie ou encore Inspection des finances allaient se livrer à une grande opération de transparence expliquant pourquoi le F-35 est sorti premier de la procédure de sélection – même si, pour l’heure, aucune décision officielle n’a été prise.

L’armée se livre à des présentations qui ont déjà été déroulées face aux députés. L’opposition s’étrangle.

Ce mercredi, donc, les commissions Défense et Économie ont rameuté leurs troupes, dans une salle pleine à craquer. Et, comme toujours à la Chambre, cela a polémiqué, avant de donner la parole aux invités du jour. L’opposition regrettant l’improvisation dans laquelle atterrissait ce "marché militaire du siècle", empêchant la commission des Achats militaires de donner un avis, limitant le tout à une simple séance d’information. À laquelle auraient pu assister le Premier, ainsi qu’une brochette d’autres ministres – or seul Steven Vandeput est de la partie, au nom de la Défense.

Et puis, enfin, ça commence. Et l’on apprend… rien. L’armée se livre à des présentations qui ont déjà été déroulées face aux députés. Le SPF Économie détaille la méthodologie lui ayant servi à évaluer l’impact économique – on dit "retombées sociétales" – du remplaçant du F-16, sans rien dire de cet impact. Tout au plus entend-on que les Finances ont trouvé le dossier bien ficelé.

Huis clos!

Les députés de l’opposition s’étranglent presque. Parlent de "mascarade ahurissante". Et soulignent l’ironie: ils ont davantage appris en lisant la presse le matin qu’en passant l’après-midi à la Chambre. C’est que, notamment dans ces colonnes, on pouvait lire que le F-35 remportait, sur toute la ligne, le match avec l’Eurofighter Typhoon. Ce qui n’a guère été évoqué à la Chambre, au nom de la confidentialité – surtout, ne pas trop en dire avant que la décision ne tombe officiellement.

Seule avancée du jour: la Défense et le cabinet Stibbe ont expliqué le raisonnement juridique ayant conduit à écarter pour de bon le Rafale français, qui a tenté d’imposer ses propres règles.

Et puis, en début de soirée, le huis clos a été prononcé. Afin que Steven Vandeput puisse répondre à des questions plus précises – à condition que les parlementaires, de moins en moins nombreux, gardent cela pour eux. Et là, le ministre a tout dit.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés