L'Open Vld veut la fin de l'équilibre linguistique au fédéral

Bart Somers: "Les deux groupes linguistiques au Parlement peuvent se neutraliser l'un l'autre, sans jamais bouger d'un millimètre." (© Belga) ©BELGA

Bart Somers souhaite en finir avec les "verrous confédéraux" dans la structure d'Etat fédérale. Charles Michel s'insurge et rappelle que ce principe est lié à la protection des Flamands de Bruxelles.

L'Open Vld veut la fin de l'obligation d'équilibre linguistique au sein du gouvernement fédéral, annonce son chef de groupe à la Chambre, Bart Somers, lundi dans le Standaard. Interrogé lundi matin par la VRT-radio, le président du MR Charles Michel a rejeté toute suppression de la parité linguistique au sein du gouvernement.

Pour Bart Somers, il convient d'en finir avec les "verrous confédéraux" dans la structure d'Etat fédérale.

"Les deux groupes linguistiques au Parlement peuvent se neutraliser l'un l'autre, sans jamais bouger d'un millimètre. C'est tout sauf démocratique", estime l'ancien président des libéraux flamands.

Celui-ci plaide dès lors pour l'abrogation de la règle imposant la parité linguistique au sein du gouvernement fédéral étant donné que les Flamands représentent plus de la majorité de la population du pays.

Interrogé lundi matin sur les ondes de la VRT-radio, le président du MR, Charles Michel, a répondu que ce principe de parité ne pouvait être modifié.

"C'est lié à la protection des Flamands de Bruxelles, et ce sont les fondements de la stabilité de notre système politique", a-t-il rappelé.

La parité linguistique au gouvernement fédéral est en effet compensée par la représentation garantie des Flamands au sein du gouvernement et du parlement de la Région de Bruxelles-Capitale, où la population flamande est minoritaire.

La représentation majoritaire des Flamands est assurée au sein de la Chambre des représentants, dont la composition est le reflet de la population " explique dans un communiqué Catherine Fonck (CDh). " En ce qui concerne le gouvernement, la fin de la parité linguistique serait tout simplement  Onaanvaardbaar !. Cette idée est inacceptable car elle remet en cause l’expression même du fédéralisme. Cette parité garantit au gouvernement d’agir dans un intérêt commun du pays sans qu’une communauté n’impose ses vues à l’autre " conclut la députée.

En bref

Du côté de l'IOpen VLD, les déclarations fusent ces derniers jours dans le sens d'une réforme du paysage fédéral.

La présidente de l'Open VLD a ainsi montré son intérêt pour la création d'une "circonscription fédérale".

Quelques jours auparavant, Gwendolyn Rutten avait pris ses distances avec le "confédéralisme".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés