La Belgique n'a pas investi dans la cybersécurité

Les dix millions d'euros promis par le gouvernement fédéral afin d'améliorer la cybersécurité en Belgique n'ont pas été libérés, en raison d'un "manque de temps".

Le porte-parole du Premier ministre Elio Di Rupo concède que le montant budgeté de 10 millions d'euros n'a pas été partagé entre les différents services qui en ont besoin en raison d'un "manque de temps", rapporte jeudi "De Tijd".

Le Comité R, qui chapeaute le renseignement en Belgique, avait averti en 2011, bien avant les révélations d'Edward Snowden, que la Belgique affichait de grosses lacunes en matière de cybersécurité.

→ Le gouvernement Di Rupo avait pris en considération les recommandations du Comité R dans son accord de gouvernement et une nouvelle stratégie avait été mise au point afin de sécuriser les systèmes et réseaux informatiques belges.

Quelques semaines avant les élections cependant, les moyens promis n'ont toujours pas été dégagés.

Seule la mise sur pied d'un Cybersecuritycentrum a été approuvée en deuxième lecture lors du dernier conseil des ministres avant d'être envoyée au Conseil d'Etat.

Express

Le député sortant Denis Ducarme (MR) se déclare"effaré" d'apprendre que les moyens promis pour lutter contre la cybercriminalité n'ont finalement pas été libérés faute de temps. "C'est extrêmement inquiétant sur un dossier aussi sensible", dit-il à l'adresse du Premier ministre Elio Di Rupo.

Le député dispose cependant de relais au sein du gouvernement, dont le ministre du Budget Olivier Chastel. "Je prendrai les contacts pour voir ce qu'il en est mais il s'agit d'un des rares dossiers dont le Premier ministre était en charge personnellement. Aller se plaindre aux Nations-Unies ne suffit pas", estime-t-il.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés