La Belgique renforce les mesures face au coronavirus

Le Premier ministre Alexander De Croo ©BELGA

Alors que la Belgique fait face à une flambée d'infections au nouveau coronavirus et que de plus en plus de lits d'hôpitaux sont occupés par des patients atteints du Covid-19, de nouvelles mesures entrent en vigueur vendredi pour une durée d'un mois.

Ils n'ont pas attendu un nouveau Conseil national de sécurité pour resserrer la vis. Au sortir du Comité de concertation entre le fédéral et les régions, le Premier ministre Alexander De Croo a convoqué une conférence de presse d'urgence pour annoncer de nouvelles mesures sanitaires.

"La situation dans notre pays est grave", a déclaré d'emblée Alexander De Croo. Il faut tout faire pour arrêter cela". Il a exhorté la population à respecter les règles en vigueur, constatant que les groupes les plus vulnérables sont davantage touchés. "Si on ne respecte pas les règles, on s'orientera vers des mesures encore plus strictes", a-t-il averti, admettant que c'était long et pénible pour tous.

Le message du Premier ministre s'adressait particulièrement aux jeunes, qui sont les premiers ciblés par les nouvelles mesures qui ont été décidées. Elles seront valables pour un mois.

Pas plus de quatre

"C'est simple, chez nous, il faut juste savoir compter jusqu'à quatre."
Frank Vandenbroucke
Ministre fédéral de la Santé

Quelles sont-elles? Le nouveau ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, les a détaillées, prenant pour base le chiffre de quatre. "C'est simple, chez nous, il faut juste savoir compter jusqu'à quatre".

  • Ainsi, la bulle de 5 personnes avec qui chacun avait le droit d'avoir des contacts rapprochés, sans masque (embrassade...) est réduite à 1, 2, ou 3 personnes maximum (donc 4 en comptant sa propre personne).
  • La bulle de 10 personnes que l'on peut inviter chez soi (ce qui suppose aussi les kots étudiant) est aussi réduite à quatre.
  • Dans les bars et les cafés, il ne pourra y avoir que quatre convives à chaque table (sauf si votre foyer compte plus de 4 personnes). Pour les déplacements, le port du masque restera obligatoire dès que l'on quitte la table.
  • Dans les restaurants, pointés comme bons élèves de la classe, les règles restent inchangées.
  • Pour les rassemblements privés non-organisés, la bulle est également réduite à quatre personnes.
  • Les bars seront aussi tenus de fermer à 23h.

Des mesures plus strictes à Bruxelles

Dans la Région bruxelloise, les cafés, bars et salons de thé ont eux dû fermer leurs portes depuis jeudi 7h, pour un mois. La capitale a pris des mesures plus strictes qu'au niveau national, concentrant le plus grand nombre d'infections. Le réseau hospitalier bruxellois se trouve également fortement sous tension. Outre la fermeture des bars et cafés, la consommation d'alcool est interdite dans l'espace public sur tout le territoire de la Région bruxelloise et les salles de fête demeurent portes closes.

Bruxelles a également interdit le public aux compétitions sportives amateurs en intérieur et a prolongé l'obligation de fermeture des nights shops et salles de jeu à 22h. La consommation de produits alimentaires sur les marchés reste interdite pour la même période.

"On pourrait basculer en code rouge vif dès maintenant."
Rudi Vervoort
Ministre-président bruxellois

"On va renforcer les contrôles", a ensuite indiqué le ministre de Santé, disant que "rien n'allait passer pour la minorité qui ne respecte pas les règles"."Nous voulons que les enfants puissent continuer à aller à l'école, que les entreprises puissent tourner, tout le monde a besoin de son job. Il faut le faire aussi pour le secteur de la santé, il faut que les hôpitaux puissent maintenir leur capacité de soins."

Du côté des entreprises, le télétravail est très fortement recommandé, "mais il ne faut pas s'imaginer que les entreprises et les usines ne sont pas sûres", a insisté Vandenboucke.

Conférence de presse suite au Comité de concertation 06/10/20

Pedro Falcon nommé "commissaire corona"

Le Comité de concertation a également décidé de la nomination de Pedro Facon au poste de "commissaire corona". Il sera chargé de coordonner les politiques de santé entre les entités fédérées et le pouvoir fédéral dans le cadre de la gestion des pandémies (coronavirus, mais éventuellement d'autres à venir). 

Actuel directeur général Santé du SPF Santé publique, Pedro Facon est étiqueté Open Vld. Il connaît bien les milieux politiques puisqu'il détient une maîtrise en sciences politiques de la KUL, et est un fin connaisseur du système de santé belge. Il a été conseiller en stratégie au sein de l'Inami et chef de cabinet Soins de santé chez Maggie De Block. Il siège dans les conseils d’administration du KCE (Centre fédéral d'expertise en soins de santé), de Sciensano et de la plateforme eHealth.

Pedro Facon est aussi un habitué des relations entre entités fédérées: il occupe actuellement la fonction de secrétaire de la conférence interministérielle de la santé publique.

Afin de respecter l'équilibre linguistique, un commissaire adjoint francophone a également été nommé en la personne de Carole Schirvel. Elle apportera son expertise de terrain – elle est médecin et épidémiologiste au Chirec – dans la gestion de la crise.

Le baromètre à finaliser

À l'ordre du jour de la réunion, il y avait également la poursuite des travaux sur le "baromètre corona" dessiné par les experts du Celeval. La poursuite du travail est confiée à Pedro Falcon et Carole Schirvel, le nouveau commissaire corona et son adjointe. "Il est prêt, mais doit être opérationnalisé", a déclaré le Premier ministre, insistant sur la nécessité d'étudier toutes les conséquences pratiques de l'instrument avant de le lancer. "Il va être en place pour longtemps, il doit être clair dès le départ."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés