Publicité
Publicité

La commission Covid propose la réforme du Centre de crise

©BELGA

La majorité a adopté, mardi soir, en deuxième lecture, le rapport de la commission spéciale Covid-19, chargée de formuler des recommandations pour une crise ultérieure. Le texte doit être adopté en plénière à la rentrée.

Le Parlement fédéral a adopté, mardi soir, en deuxième lecture, le rapport de la commission spéciale Covid-19 qui sera examiné en plénière en septembre, au plus tard. Ce rapport, que L'Echo a consulté, émet 134 recommandations en vue de mieux préparer le pays à la possibilité d'une crise majeure (pas seulement sanitaire). Il se fonde sur 46 auditions menées depuis un an, ainsi que sur les travaux d'experts issus de secteurs diversifiés, tels qu'Yves Coppieters (ULB) ou Hugo Marynissen (Antwerp Management School).

1. Investir dans une politique de prévention ambitieuse

C'est la première recommandation formulée par la commission spéciale Covid-19. "Pour limiter les répercussions d'une pandémie, il convient d'investir dans une politique de prévention ambitieuse visant à renforcer l'état général de la population", commence-t-elle. Dans cette perspective, elle rappelle l'importance pour les citoyens d'avoir "une bonne hygiène de vie" et que cet objectif devra "figurer dans les programmes scolaires".

"Il n'est pas utile de créer des instruments ou des institutions supplémentaires."
Commission spéciale Covid-19

2. Réformer le Centre de crise national

Le rapport de la commission spéciale préconise aussi une réforme du Centre national de crise, qui devra intégrer une "structure permanente". Celle-ci s'assurera de la "circulation optimale des informations entre les différents niveaux de pouvoir". L'objectif de la réforme sera d'élargir "ses compétences pour qu'il devienne un centre multidisciplinaire." La commission insiste sur le fait qu'il "n'est pas utile de créer des instruments ou des institutions supplémentaires". Toutefois, elle recommande aux dirigeants de renforcer celles qui existent déjà, citant en exemple, le succès – selon elle – du comité de testing & tracing.

3. Développer un système informatique qui collecte les données, telles que le taux d'occupation dans les hôpitaux

Pour la commission spéciale, ce système informatique devra être encadré par le Règlement général sur la protection des données (RGPD). Selon le rapport, un tel système informatique permettrait d'améliorer le service de soins de santé "pour les hôpitaux". Il reprendrait notamment des informations sur "l’âge et les comorbidités des patients d’autres hôpitaux". À ce stade, il n'est pas précisé que l'accès serait exclusivement réservé aux structures hospitalières. À noter aussi que le rapport souhaite renforcer "les liens entre les hôpitaux et les maisons de repos". Cette collaboration, indique la commission, devrait permettre le déploiement "du personnel hospitalier" vers les maison de repos, selon les besoins de ces structures.

4. Élaborer un plan national d'urgence pour les pandémies

Pour répondre à une future crise majeure, la commission spéciale souhaite établir "un plan national d'urgence pour les pandémies qui devra être actualisé au moins tous les trois ans", tant au niveau technique que politique. Ce plan devra prendre en compte "les dimensions d'ordre sociale et économique" et "l'impact sur la santé mentale et psychologique". Celles-ci ont été largement sacrifiées durant les deux confinements, au détriment de notre système de santé publique fragilisé par l'épidémie de Covid-19.

"Assurer une meilleure synergie entre pouvoirs publics et experts pour éviter les tensions et clarifier les rôles de chacun."
Commission spéciale Covid-19

5. Créer un cadre juridique dans lequel les experts peuvent mener leur mission de conseil

Sollicités par les pouvoirs publics durant l'épidémie, les experts scientifiques devront bénéficier d'un cadre juridique "avec des droits et des obligations". Il permettra d'assurer l'indépendance de "la communication au sein des médias" des experts qui auront été commandités durant la crise. La commission ajoute que ce cadre juridique est nécessaire afin "d'assurer une meilleure synergie entre pouvoirs publics et experts pour éviter les tensions et clarifier les rôles de chacun."

Le résumé

  • Le rapport de la commission spéciale Covid-19 a été adopté en 2e lecture au Parlement.
  • Il reprend 134 recommandations pour prévenir d'une future crise.
  • L'adoption définitive du texte est prévue pour la fin de l'été.
  • Le rapport recommande une réforme du Centre de crise national.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés