La Commission presse la Belgique d'avancer sur la relance

Thomas Dermine reverra la Commission européenne à la mi-février. ©BELGA

Thomas Dermine, secrétaire d'Etat à la Relance, a présenté à la Commission une première épure du plan belge qui doit profiter des 5,9 milliards de subsides promis par l'Europe. Elle s'est montrée satisfaite, mais impatiente de disposer d'une liste précise des projets retenus par la Belgique.

L'élaboration du plan de relance belge est une course contre la montre. Le rendez-vous programmé mercredi entre les représentants de la Commission européenne et Thomas Dermine (PS), secrétaire d'Etat en charge du dossier, l'a encore démontré. L'Etat belge y a présenté une première épure dont les orientations ont globalement satisfait la Commission, a confirmé le socialiste à L'Echo. Par contre, elle s'est étonnée de ne pas y lire plus de précisions quant aux projets concrets qui seront financés par les 5,9 milliards d'euros de subsides promis par l'UE. "D'autres pays sont déjà plus avancés", indique Thomas Dermine. Troisième message délivré: une fois la liste des projets établie, il y aura encore énormément de travail pour finaliser le plan selon le timing serré de la Commission. Les Etats membres doivent en effet avoir finalisé leur projet pour la fin avril.

Clés inconciliables?

La Commission européenne met donc un petit coup de pression sur la Belgique. Une liste de projets sélectionnés existe, mais n'est pas encore tout à fait adoptée par tous, précise Thomas Dermine. Fédéral, Régions et Communautés sont occupés à mettre la dernière main à ce travail de sélection avec l'objectif d'aboutir courant de la semaine prochaine.

"La répartition des subsides européens n'aura nécessité que deux réunions de deux heures."
Thomas Dermine
Secrétaire d'Etat PS à la Relance

Pressé également par les députés, le Secrétaire d'Etat ne s'est donc pas beaucoup avancé quant aux détails du plan en commission Economie de la Chambre mercredi après-midi. Même l'opposition ne se s'est pas focalisée sur les polémiques nées la semaine dernière de la répartition entre entités des fameux 5,9 milliards. En particulier de la part obtenue par la Région bruxelloise. Cette répartition n'a nécessité que "deux réunions de deux heures", a précisé Thomas Dermine devant à la Chambre.

Les débats ont néanmoins soulevé quelques questions intéressantes. L'opposition cdH via le député Maxime Prévot s'est notamment inquiétée de l'articulation des objectifs chiffrés de la Commission (20% d'investissements minimums dans la digitalisation et 37% pour la transition écologique) avec le nombre de niveaux de pouvoir impliqués. "Comment réconcilier cette clé européenne et la clé politique belge", a demandé le président du cdH. Il aurait été "stupide" de rapporter ces mêmes pourcentages à chaque entité fédérée, a répondu Thomas Dermine, toutes les compétences n'étant pas équivalentes en termes d'effet par rapport aux objectifs européens. Il parie sur un équilibre d'ensemble, "ce ne devrait pas être une contrainte", assure-t-il. Le cdH lui promet "plus de deux réunions de deux heures" pour mettre tout le monde d'accord.

Le rail en bonne place

Le secrétaire d'Etat a tout de même confirmé l'importance des chemins de fer dans le plan de relance avec des projets d'infrastructure prévus pour le fret, notamment au départ du port d'Anvers, mais aussi la desserte des petites gares à l'intérieur des frontières bruxelloises évoquée par L'Echo il ya un peu moins de quinze jours, ainsi que les besoins en maintenance du réseau wallon.

L'opposition PTB s'est inquiétée de savoir si le gouvernement fédéral allait se contenter de ces 6,9 milliards et de laisser les Régions investir pour remplir les objectifs gouvernementaux en matière d'investissements publics. "J'aurais aimé vous entendre dire que pour un euro européen, un euro fédéral serait investi", a appuyé Maxime Prévot. Thomas Dermine a rappelé que les subsides couvraient près de six milliards sur les 13 que le pays doit engager pour atteindre la moyenne européenne de 3,5% d'investissment public par rapport au PIB.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés