La Défense va déménager ses hélicopères à Ostende et fermera la base de Coxyde

©BELGA

Les nouveaux hélicoptères NH90 Caïman iront s'installer d'ici 2023 à Ostende, où sera créée une concession militaire dans l'enceinte de l'aéroport.

Les hélicoptères NH90 Caïman de la 40e escadrille devraient déménager de Coxyde à Ostende, en principe durant la seconde moitié de l'année 2023, a annoncé ce mardi le commandant de la composante Air, le général-major Frederik Vansina, alors que la commune de Coxyde est intéressée par une reprise des terrains de l'actuelle base aérienne.

L'annonce a été faite lors d'une conférence de presse à Bruges à l'issue d'une "consultation" entre la Défense, la commune de Coxyde, la ville d'Ostende - avec les deux bourgmestres, Marc Vanden Bussche et Bart Tommelein (Open Vld tous deux) - et la province de Flandre occidentale.

La base de Coxyde fermera donc à terme, a récemment décidé le ministre de la Défense, Didier Reynders (MR).

Cette installation, qui existe depuis la Première Guerre mondiale, avec des interruptions, et porte le nom de l'adjudant aviateur Frans Allaeys, abrite un détachement du 1er wing de Beauvechain. La principale sous-unité est la 40e escadrille, qui dispose de trois - et bientôt quatre - hélicoptères NH90 Caïman en version navale (NFH), qui ont succédé fin mars aux emblématiques Sea King quadragénaires, et trois vénérables Alouette III, en service depuis 1971.

330 militaires

Les nouveaux Caïman, à la livrée gris clair, sont chargés de deux missions, la recherche et le sauvetage en mer ("Search and Rescue", SAR) et l'embarquement à bord de frégates ("Maritime Operations", MAR).

La base occupe actuellement quelque 330 militaires (du personnel d'appui technique et des services opérationnels comme le contrôle du trafic aérien, les pompiers et le contrôle des oiseaux), dont la plupart partiront à la retraite dans les prochaines années.

L'infrastructure est aussi largement obsolète et elle est répartie sur une vaste zone, ce qui est peu rationnel pour le fonctionnement au quotidien, a expliqué le général Vansina devant la presse, ajoutant qu'il était difficile d'y remédier.

Le chef de la division CIS & Infrastructures de la Défense, le général-major Frédéric Goetynck, a pour sa part insisté sur les avantages d'un déménagement à Ostende, à une vingtaine de kilomètres de distance et plus au centre des 60 km de littoral belge. Cet aéroport est ouvert 24 heures sur 24 et dispose donc d'un contrôle du trafic aérien et de pompiers - deux services indispensables aux hélicoptères de SAR pour garantir la permanence opérationnelle en continu.

Les effectifs militaires à Ostende pourront ainsi être réduits à 123 personnes.

Ostende demandeur

Le déménagement des hélicoptères nécessitera de négocier la création d'une concession militaire dans l'enceinte de l'"aéroport international d'Ostende-Bruges", géré par le groupe français EGIS.

Quant aux nouvelles installations, elles seront réalisées sur la base d'une coopération public-privé (PPS), selon le général Vansina. Une entreprise privée sera responsable des aspects "design, build, finance & maintain" (DBFM) c'est-à-dire, conception, construction, financement et entretien - une formule déjà utilisée par le gouvernement pour la construction d'un hangar pour l'entretien des nouveaux avions de transport A400M à Melsbroek.

Le bourgmestre de Coxyde, Marc Vanden Bussche, a affirmé que sa commune ferait ses adieux "avec douleur" à la base aérienne.

"La diversification de l'aéroport d'Ostende est une bonne chose"
Bart Tommelein
Bourgmestre d'Ostende


"Nous déplorons cette décision, nous avons toujours œuvré à son maintien. Notre commune a en quelque sorte grandi avec la base d'hélicoptères, mais nous devons malheureusement accepter la décision du gouvernement fédéral", a-t-il déclaré.

Bart Tommelein, bourgmestre d'Ostende. ©BELGA

Son homologue ostendais, Bart Tommelein, s'est par contre dit satisfait de la décision. "Nous sommes demandeurs, la diversification de l'aéroport d'Ostende est une bonne chose", a-t-il dit. Tommelein a assuré que la force aérienne serait accueillie "à bras ouverts" à Ostende.

La députée provinciale Sabien Lahaye-Battheu a quant à elle indiqué que la province de Flandre occidentale allait s'impliquer dans la réaffectation de la base militaire. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect