La Flandre ne craint plus tant d'être minorisée

Le discours de Sammy Mahdi (CD&V) sur la migration est de nature à rassurer l'opinion flamande. ©BELGA

L'absence de majorité inquiète moins la Flandre que le manque d'ambition pour l'économie et le budget.

Un gouvernement fédéral qui ne dispose pas d’une majorité en Flandre, ce n’est plus ce qui préoccupe au premier chef le nord du pays. "D'autant que le côté minoritaire n’est pas très flagrant", signale Nicolas Bouteca, politologue à l’université de Gand (UGent). Il doute du reste que la N-VA pourra construire un discours d'opposition efficace à partir de ce constat d'un déséquilibre arithmétique. "Même les militants du CD&V ont voté à 73% pour la Vivaldi alors que le parti n’a pas cessé d’exiger qu’il y ait une majorité en Flandre."

A la lecture des éditoriaux dans la presse flamande de jeudi, c’est d’abord et avant tout le manque de clarté budgétaire qui pose question. Mis à part De Morgen, tous se demandent comment on va faire pour payer toutes ces promesses? Cela fait craindre la levée de nouveaux impôts, même si l’accord ne contient rien d’explicite à ce sujet.

Voka et Unizo s’inquiètent des nouvelles dépenses à caractère récurrent.

Les organisations patronales Voka et Unizo s’inquiètent pour leur part des nouvelles dépenses à caractère récurrent inscrites dans l'accord et de l’absence de réformes structurelles au niveau du marché du travail et de la compétitivité des entreprises. Les patrons flamands se demandent surtout comme la Vivaldi fera pour atteindre un taux d’activité de 80%.

Migration

Outre l’économie et le budget, la question migratoire occupe toujours une place importante dans le débat public en Flandre, comme l’a montré la récente manifestation du Vlaams Belang sur le plateau du Heysel. De ce point de vue, la désignation par le CD&V de Sammy Mahdi à l’Asile et la Migration n’est sans doute pas un mauvais choix. "Mahdi a un discours très ferme sur la migration, plus spécialement sur la politique du retour. Il ne sera pas moins strict que Theo Francken sur ce dossier. Le style sera en revanche très différent", prévoit Nicolas Bouteca.

"Sammy Mahdi a un discours très ferme sur la migration."
Nicolas Bouteca
Politologue à UGent

Même le président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, a déclaré à l’agence Belga qu’il avait "confiance en Sammy Mahdi qui est moins à gauche qu’on le dit".

Un style à revoir

Reste à voir comment l’opposition N-VA va pouvoir se déployer sans tomber dans la caricature. "Le parti ne semble pas bien se rendre compte du piège que lui tendent les membres de la Vivaldi en essayant de dépeindre la N-VA comme un parti agressif et peu fréquentable", observe Nicolas Bouteca.

Dans le très populaire talk-show Gert Late Night, Bart De Wever a sorti la canonnière en déclarant vouloir "détruire" la Vivaldi. ("we maken ze kapot). "Je ne pense pas que ce soit le style le plus approprié pour siphonner au centre le CD&V et l’Open Vld", prévient Bouteca.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés