La fortune des Belges? 1.000 milliards!

©iStock

Plus de 1.000 milliards d’euros! Le patrimoine financier des Belges a atteint un record absolu au troisième trimestre 2012. La performance des actions a gonflé le portefeuille des particuliers.

Les Belges n’ont jamais été aussi riches. À la fin du troisième trimestre 2012, le patrimoine financier des ménages a atteint un plus haut historique à 1003,4 milliards d’euros, selon les statistiques publiées vendredi par la Banque nationale de Belgique (BNB).
Ce qui représente 90.920 euros par Belge, si on divise la fortune globale par les quelque 11 millions d’âmes recensées dans le pays. 
Après déduction des dettes des ménages — 211 milliards d’euros — le patrimoine financier net des Belges atteint encore 792 milliards d’euros, soit 71.765 euros.
Ces chiffres concernent le patrimoine financier détenu par les particuliers, c’est-à-dire les actifs financiers qu’ils possèdent, des pièces et billets aux actions, en passant par les fonds de placement ou les comptes en banque.

Le patrimoine immobilier n’est pas comptabilisé dans ces chiffres. Selon les dernières estimations de la BNB, celui-ci était évalué à 1066 milliards d’euros, à la fin du mois de septembre 2011. Au total, la richesse des ménages dépasse donc largement les 2000 milliards d’euros! Soit plus de 187.500 euros par Belge!
Tous les ménages ne sont pas riches pour autant. Il s’agit en effet de chiffres globaux. 

Merci Draghi!

Les Belges ont accru leur fortune de près de 17 milliards d’euros au troisième trimestre. Cette croissance s’explique principalement par l’évolution positive des cours boursiers. Les variations de valorisation boursière ont en effet augmenté le patrimoine de 8 milliards d’euros.
Entre la fin du mois de juin et la fin du mois de septembre, les actions européennes ont progressé de près de 7%. L’indice Bel 20 de la Bourse de Bruxelles a, lui, gagné 6,5%.

Cette évolution positive est surtout à mettre au crédit de la Banque centrale européenne (BCE), qui a réussi à calmer les craintes d’un éclatement de la zone euro.

Alors que les dirigeants européens n’étaient pas parvenus à rassurer durablement les investisseurs, malgré un accord sur le renflouement des banques espagnoles, la promesse de Mario Draghi, le président de la BCE, de faire "tout ce qu’il faudrait" pour sauver l’euro a permis aux Bourse de repartir nettement à la hausse.

Les investissements en actions sont restés limités au troisième trimestre (857 millions d’euros). Au total, les ménages détenaient 51,33 milliards d’euros d’actions cotées à la fin du troisième trimestre. 

Les obligations et les fonds n’ont toujours pas la cote

Comme lors des trimestres précédents, les fonds de placement (sicav) ont subi des retraits. Ceux-ci ont atteint 656 millions d’euros au troisième trimestre.
L’évolution positive des marchés a pourtant influencé positivement la valorisation des fonds de placement, avec une contribution positive de 3,5 milliards d’euros. Les sicav détenues par les ménages à la fin du troisième trimestre pesaient un total de 108, 4 milliards d’euros. 
Les ménages ont continué à délaisser les obligations entre juin et septembre 2012. Les ventes ont atteint 2,4 milliards d’euros. L’encours des titres à revenu fixe atteignait 100,7 milliards d’euros à la fin du mois de septembre 2012.

Le livret reste indétrônable

Les actifs considérés comme sûrs ont continué à faire recette. Les nouveaux dépôts sur les livrets d’épargne ont atteint 1,9 milliard d’euros au troisième trimestre. À la fin du mois de septembre, l’encours des comptes d’épargne réglementés dépassait les 212 milliards d’euros. 

Les produits d’assurance ont également continué à avoir les faveurs des épargnants; comme lors des trimestres précédents. Les versements dans des contrats d’assurance ont atteint 944 millions d’euros au troisième trimestre.

C’est toutefois moins qu’au deuxième trimestre (+ 2,3 milliards d’euros) et au premier trimestre (+ 3,2 milliards d’euros). A la fin du mois de septembre 2012, les ménages belges détenaient des produits d’assurance pour un montant total de 254,5 milliards d’euros. 

Endettement record

Si les Belges se sont enrichis, ils se sont aussi davantage endettés au troisième trimestre. À la fin du mois de septembre, leurs engagements financiers atteignaient le record de 211,3 milliards d’euros.

Les dettes n’ont toutfefois augmenté que de 800 millions d’euros au troisième trimestre, soit nettement moins que les nouveaux engagements enregistrés au deuxième trimestre (+ 3,6 milliards d’euros) et au premier trimestre (+ 2,6 milliards d’euros).
Le montant des nouveaux crédits hypothécaires accordés au troisième trimestre a atteint 1,47 milliard d’euros, soit moins qu’au trimestre précédent (2,6 milliards d’euros).

À la fin du mois de septembre, l’encours des prêts hypothécaires atteignait 171,2 milliards d’euros. Un record. 
Au troisième trimestre, des nouveaux crédits à la consommation ont été accordés pour un montant de 168 millions d’euros.
L’encours de ces prêts atteignait 17,5 milliards d’euros à la fin du troisième trimestre de 2012.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés