La N-VA doute des chiffres du Bureau du Plan

Cette baisse est notamment due à des coupes au niveau de la Défense. ©REUTERS

Ce sont les chiffres du Bureau fédéral du Plan, et ils devraient être utilisés comme arme électorale. Ils montrent que les prélèvements publics ont diminué de 1,4%. Mais la N-VA dit que ceux-ci ont augmenté sous le gouvernement d'Elio Di Rupo...

D'ici la fin de la législature, les prélèvements publics auront diminué de 1,4%, selon des calculs du Bureau fédéral du Plan dont De Standaard a pu prendre connaissance. Alors que les dépenses de toutes les instances publiques atteignaient en 2012 55% du PIB belge, elles pourraient baisser à 53,6% en 2014 selon ces estimations.

Les chiffres circulent déjà depuis un certain temps au sein du cercle gouvernemental et ils devraient être utilisés dans les prochaines semaines lors des débats préélectoraux contre la N-VA, qui affirme que les dépenses publiques ont augmenté sous le gouvernement d'Elio Di Rupo.

♦ Pourquoi cette baisse? Selon le CD&V, cette baisse a été réalisée grâce notamment à une diminution des dépenses en personnel, ainsi qu'aux coupes au niveau de la Défense et du budget de fonctionnement des administrations.

La N-VA remet de son côté en question les chiffres du Bureau du Plan. "Eurostat - un organe politiquement neutre - a calculé une augmentation de 0,6%", rappelle le parlementaire Ben Weyts, qui estime que les calculs du Bureau se fondent sur des données erronées.

"Dans le budget de 2012, le gouvernement fédéral avait inscrit une injection de capital de 2,9 milliards d'euros pour Dexia comme investissement public. Après des critiques de l'Europe, ce montant a été inscrit en dette. Et bien, les calculs se basent sur cette première et fausse donnée, ce qui fournit une image erronée de la réalité."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés