La N-VA opposée au retour des ex-combattants d'Irak et de Syrie

©Photo News

Pour la N-VA, pas question que les Belges qui sont partis combattre en Irak ou en Syrie dans les rangs de l'Etat islamique soient jugés en Belgique.

La N-VA s'est déclarée opposée au retour en Belgique de combattants ayant rallié les rangs de l'Etat islamique en Syrie et en Irak. Par la voix de son député Koen Metsu, elle a affirmé sa préférence pour qu'ils soient jugés dans le pays où ils ont éventuellement commis des crimes. "Soyons clairs, nous sommes par principe opposés au retour des combattants de Syrie. Nous nous en tenons à la position qu'ils doivent être jugés dans le pays où ils ont commis leurs actes", a-t-il affirmé.

La Belgique "doit faire attention avec les ballons d'essais lancés par d'ex-combattants en Syrie qui se présentent comme s'ils n'avaient été que des travailleurs humanitaires en zone terroriste ou de guerre."
Koen Metsu
Député N-VA

Metsu, qui a présidé la commission d'enquête de la Chambre sur les attentats du 22 mars 2016, a ajouté que la Belgique "devait faire attention avec les ballons d'essais lancés par d'ex-combattants en Syrie qui se présentent comme s'ils n'avaient été que des travailleurs humanitaires en zone terroriste ou de guerre". "Nous avons mis en garde", a-t-il ajouté.

Le député nationaliste s'exprimait à la suite de révélations sur le rôle joué en Irak par un djihadiste originaire de Verviers, Tarik Jadaoun, alias "Abou Hamza Al-Belgiki" et lié au groupe terroriste Etat islamique (EI).

Tarik Jadaoun a toutefois montré un autre visage aux Américains qui l'ont entendu en Irak.
.

Emprisonné en Irak, il avait réfuté le mois dernier dans une interview accordée à la VRT être un dirigeant de Daech (l'acronyme arabe de l'EI), se présentant plutôt comme un suiveur qui a simplement choisi le mauvais camp et se disant prêt à collaborer avec les services de sécurité belges, si à tout le moins ils lui évitent la peine de mort.

Selon "Het Laatste Nieuws", Tarik Jadaoun a toutefois montré un autre visage aux Américains qui l'ont entendu en Irak. Il a reconnu son implication directe dans plusieurs attentats - dont au moins deux ont fait des morts en Europe - et qu'il s'était porté volontaire pour ces bains de sang.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés