La N-VA trouve 5 milliards d'euros pour le budget de l'État

©BELGA

Le groupe N-VA de la Chambre propose dix mesures afin de mettre plus de gens au travail. Ces mesures devraient rapporter 5 milliards d'euros à l'État d'ici 2024.

En pleine formation de gouvernement, la N-VA a présenté un "paquet d'activation" de dix mesures visant à augmenter le nombre de travailleurs. "Il s'agit d'un mélange de propositions antérieures, qui étaient sur la table du gouvernement Michel, et de nouveaux éléments", a expliqué le député N-VA Jan Spooren.

La proposition la plus polémique reste la limitation des allocations de chômage dans le temps. Celles-ci cesseraient complètement après trois ans. Le parti voudrait faire une exception pour ceux qui se forment à un métier en pénurie

Dans le gouvernement Michel, la N-VA et l'Open Vld avaient essayé d'obtenir la réduction des allocations de chômage dans le temps, mais ils s'étaient heurtés à un "non" du MR et du CD&V. 

La proposition la plus sensible reste la limitation des prestations de chômage dans le temps
Jan Spooren
Député N-VA

La N-VA souhaite également que le régime de retraite anticipée soit complètement supprimé d'ici dix ans. Son abolition avait également déjà été à l'agenda. Mais le gouvernement Michel – y compris la N-VA – avait finalement suivi l'avis des partenaires sociaux. 

Insertion professionnelle

Autre mesure: l'insertion professionnelle. Il s'agit d'un système pour ceux qui ne peuvent pas commencer immédiatement à travailler à plein temps. On parle ici des quelques 600.000 personnes invalides, des malades de longue durée et des personnes présentant un handicap. "Pour eux, nous pensons à une combinaison d'allocations et de travail. Les gens qui veulent travailler quelques heures ou quelques jours par semaine perdent maintenant une partie de leurs allocations. L'intention est de leur garantir un revenu net plus élevé à la fin du mois", explique M. Spooren.

La N-VA souhaite que les gens puissent travailler 84 heures par mois pendant deux ans, l'employeur n'ayant à payer que le nombre d'heures réellement effectuées et qu'un taux d'imposition réduit soit appliqué. "Nous utiliserions la même méthode que pour les flexi-jobs dans l'industrie hôtelière (si vous avez un emploi ou si vous êtes retraité, vous pouvez également travailler à un taux d'imposition réduit)".

La N-VA a également une proposition toute prête pour étendre le système afin qu'il s'applique à tous les bénéficiaires de prestations, y compris les 100.000 personnes qui ont un revenu d'intégration depuis plus d'un an.

Travailler ailleurs

80%
Taux d'emploi
La N-VA prévoit que, grâce à son plan, le taux d'emploi atteindra 80 % d'ici 2024.

Il s'agirait aussi d'offrir aux personnes qui ne peuvent plus faire face à leur emploi la possibilité de travailler ailleurs, ce qui leur permettrait de reprendre à tout moment leur emploi précédent. "Pensez à un couvreur ayant 30 ans d'ancienneté et un dos brisé qui peut commencer à travailler pour un charpentier." Selon le député N-VA, il offre également une solution pour les personnes qui ont été payées pour travailler à domicile par des entreprises comme ING et Proximus ces dernières années.

La N-VA avance des chiffres sur toutes les mesures. Selon la Banque nationale, si la politique reste inchangée, le taux d'emploi - la proportion de Belges actifs dans la population totale âgée de 20 à 64 ans - atteindra 72,4% en 2024. L'objectif de la N-VA est d'atteindre une croissance annuelle de 0,76 point de pourcentage et d'atteindre 80% d'ici 2030. Concrètement, cela signifie une croissance de 190.000 emplois d'ici 2024.

La suppression progressive du régime de retraite anticipée créera 4.000 emplois supplémentaires. D'un point de vue budgétaire, selon le service d'étude de la N-VA, le plan aura un impact positif annuel sur la trésorerie de 5 milliards d'euros d'ici 2024, grâce à une réduction des prestations et des cotisations sociales et fiscales supplémentaires générées par l'activation.

 

 

Dans le gouvernement Michel, la N-VA et l'Open VLD ont essayé d'obtenir la réduction des allocations de chômage, mais ils sont entrés en collision avec un njet du MR et du CD&V. L'abolition de la retraite anticipée était également un élément du gouvernement Michel. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés