La N-VA veut diminuer les dotations des partis

Bart De Wever (©photonews) ©Photo News

La N-VA n'a pas le vent en poupe uniquement d'un point de vue électoral. Les finances du parti nationaliste sont également florissantes.

 La N-VA souhaite voir réduites les dotations publiques des partis, indique VTM samedi soir. En Flandre, les partis reçoivent au total près de 40 millions d'euros pour financer leurs frais de fonctionnement. La N-VA, qui dispose du plus important boni parmi les partis, trouve ce montant trop élevé.

L'argent des partis provient principalement des dotations publiques, attribuées sur base des résultats des élections. La N-VA obtient ainsi jusqu'à 8 millions d'euros. Au total, les partis flamands ont reçu environ 37 millions d'euros, ce qui leur permet de payer leur personnel, de financer le coût de leurs bâtiments mais aussi les campagnes électorales.

A savoir

Le parti de Bart De Wever affiche le bénéfice le plus important des sept partis politiques belges dont les finances ont été passées à la loupe par L'Echo. Il a clôturé 2012 sur un bénéfice de 2,4 millions d'euros.

L’analyse du bilan comptable des partis indique également que les partis de droite et de gauche ne se comportent pas vraiment de la même manière, tant pour leurs recettes que pour leurs dépenses.

Les dotations publiques représentent 77% des revenus des partis. Ce seuil est largement dépassé pour le cdH et l’Open VLD (90%), ainsi que le Vlaams Belang (89%). Comme quoi, ce ne sont pas forcément les partis qui fustigent le plus l’État qui en profitent le moins… En valeur absolue, c’est le PS qui reçoit la plus forte dotation: 9,9 millions.

 Par le Sénat, les partis flamands reçoivent environ 6 millions d'euros. "Chaque vote pour un Bart De Wever aux élections sénatoriales rapporte à la N-VA 1,50 euro, contre 1,80 euro pour un vote d'un candidat de Groen", explique VTM.

La N-VA souhaite que l'on réduise les dotations publiques des partis, au moins au niveau du Sénat et provincial.  "Je pense que nous pourrions faire avec moins, surtout par les temps qui courent", soutient Ben Weyts, vice-président de la N-VA. "Il y a maintenant une occasion qui se présente, avec la réforme du Sénat. Je pense que nous pouvons travailler à une réduction du financement (des partis) au niveau provincial et du Sénat."

 

 

En savoir davantage? Retrouvez notre dossier complet sur les finances des partis ce week-end dans L'Echo

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n