La N-VA veut entendre le patron de bpost au Parlement

Jean-Paul Van Avermaet, CEO de bpost. ©BELGA

La justice américaine mène une enquête sur le secteur de la surveillance belge concernant une entente sur les prix. L'actuel patron de bpost Jean-Paul Van Avermaet, ancien manager de l'entreprise de gardiennage G4S, est dans la tourmente.

Le ministère américain de la Justice enquête sur des abus dans le secteur de la surveillance belge, selon De Standaard. Plusieurs protagonistes ont déjà plaidé coupable, tandis que l'actuel patron de bpost, Jean-Paul Van Avermaet, ancien manager de l'entreprise de gardiennage G4S, continue de plaider l'innocence. La N-VA a indiqué ce mercredi vouloir l'entendre au Parlement.

Il n'y a en fait pas qu'une enquête sur les abus dans le secteur de la sécurité en Belgique, mais plusieurs. Outre l'Autorité belge de la concurrence, la justice américaine mène également une enquête depuis le mois d'avril. Notamment par le biais de leur cellule antitrust, qui soupçonne que les grandes sociétés de sécurité G4S, Securitas et Seris - qui se sont fait concurrence ou ont coopéré dans la surveillance d'institutions telles que l'ambassade des États-Unis à Bruxelles et le Shape, le centre de commandement central de l'OTAN à Mons - ont conclu des accords secrets sur les prix et violé les intérêts américains. Le parquet de Bruxelles travaille également sur l'affaire, selon plusieurs sources.

"Les nouvelles révélations menacent de nuire à l'image de notre entreprise publique."
Michael Freilich
Député N-VA

Selon le député N-VA Michael Freilich, "les nouvelles révélations menacent de nuire à l'image de notre entreprise publique". "Il est grand temps qu'il clarifie son rôle dans cette affaire devant le Parlement. Après tout, il est habituel que les nouveaux CEO d'entreprises publiques expliquent leur vision stratégique au Parlement. Van Avermaet est en service depuis février", explique M. Freilich.

Le sp.a également souhaite entendre Van Avermaet le plus rapidement possible, mais uniquement sur sa vision future pour bpost. "Il a été convenu que le nouveau CEO viendrait à la Chambre pour expliquer comment il voit les années à venir. Il me semble que nous devons être en mesure de le faire rapidement. Quant aux ententes sur les prix, je préfère attendre l'enquête", déclare la députée sp.a. Melissa Depraetere.

Le patron de bpost a été répertorié par l'Autorité belge de la concurrence comme l'un des principaux suspects de l'affaire. Cependant, il maintient son innocence. Il est à noter que son ancien employeur, G4S, coopère pleinement à l'enquête, tout comme Securitas et Seris.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés