La pension à mi-temps, un nouvel échec pour le gouvernement Michel

©BELGA

Le gouvernement Michel avait obtenu le soutien de la N-VA pour faire passer son projet de pensions à mi-temps. Les manœuvres de ralentissement de l'opposition font que la mesure ne pourra être votée avant les élections.

La pension à mi-temps: L'idée avait été lancée afin de permettre aux salariés en âge d'être pensionnés, de profiter à mi-temps de leur retraite et de continuer l'autre mi-temps leur activité. Le gouvernement fédéral sortant avait obtenu un accord le mois dernier sur la mesure déjà inscrite en 2014 dans la déclaration politique du ministre compétent, Daniel Bacquelaine.

Objectif était de maintenir plus longtemps au travail les personnes; le tout en sachant qu'à partir d'un certain âge, prester un temps complet n'est plus envisageable pour tout le monde.

Les plans du gouvernement Michel avaient reçu le soutien de l'ancien parti de la majorité, la N-VA- mais ils ont quelque peu été recalés au parlement. "L’opposition socialiste et écologiste (PS, SPa, Ecolo et Groen) a décidé d’utiliser le règlement de la Chambre prévoyant la possibilité, lorsque 50 parlementaires expriment un vote en ce sens, de soumettre une proposition de loi à l’avis du Conseil d’Etat", explique Daniel Bacquelaine dans un communiqué. Il déplore des "raisons purement politiciennes", utilisées pour ce blocage. 

Les manœuvres de l'opposition pour ralentir la mesure ont donc porté leurs fruits. Au final, la mesure ne pourra plus être votée avant les élections du 26 mai.

"Ces manœuvres de la gauche empêcheront donc d’une part, de mettre fin aux abus constatés dans l’octroi de la Grapa et d’autre part, d’octroyer aux travailleurs un nouveau dispositif d’aménagement de fin de carrière", ajoute Bacquelaine.  

"Un chat dans un sac"

La gauche et les syndicats considèrent qu'il est plus intéressant que ce groupe de personnes travaille moins, mais avec l'aide d'un crédit-temps ou d'un système d'interruption de carrière. Le salarié peut dans ce cas continuer de bénéficier de ses droits à la retraite comme s'il travaillait plein-temps. Ce n'est pas le cas avec une pension à mi-temps.

On parle aussi d'"un chat dans un sac". La personne optant pour ce système gagnera peut-être plus dans un premier temps. Mais lorsqu'elle prendra sa pension à plein temps, elle gagnera dans la plupart des cas moins que si elle avait opté pour une interruption de carrière ou un crédit-temps.

Ce n'est pas la première proposition du ministre Bacquelaine qui n'aboutit pas.

→ On se souvient de l'échec de l'introduction d'un régime de pension favorable pour les salariés de métiers pénibles. Ces derniers auraient pu arrêter le travailler plus tôt, une compensation en quelque sorte au rehaussement de l'âge de la retraire à 67 ans en 2030.

→ L'élaboration de la liste des métiers pénibles couplée à la réforme des systèmes de pension des fonctionnaires a aussi échoué. Le gouvernement envisageait un système de primes préférentielles permettant au fonctionnaire de prendre une pension complète plus rapidement avec la perception d'une somme plus importante.

→ Enfin, les plans de pension à point ont aussi été enterrés 

Qui a fait mieux? Di Rupo ou Michel?

Le gouvernement Michel a-t-il fait mieux que le gouvernement Di Rupo? A un mois des élections, L'Echo vous propose de comparer vous-même l’impact du gouvernement sortant sur base de cinq indicateurs.

> Faites le test <

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect