Publicité

La pension anticipée pour tous après 42 ans de carrière

La ministre des Pensions, Karine Lalieux, a dévoilé ses plans pour l'avenir des retraites.

Tous les Belges pourront prétendre à une pension anticipée dès 60 ans s'ils affichent une carrière de 42 ans. S'ils prestent plus longtemps, ils toucheront un bonus.

Après onze mois de préparation, de calculs, d'hypothèses et de projections diverses, la ministre Karine Lalieux (PS) a dévoilé les grandes lignes de son projet de réforme des pensions. Ce dernier visera à renforcer "la justice sociale, soutenir l'emploi et redonner confiance aux citoyens grâce à un système plus lisible".

42
Ans de carrière
Les citoyens pourront prétendre à une pension anticipée dès 60 ans s'ils affichent une carrière de 42 ans.

Pas de doute possible, la socialiste ne s'inscrira pas dans les traces de son prédécesseur, Daniel Bacquelaine (MR). Si elle ne touche pas à l'âge légal de la pension, qui passera à 66 ans en 2025 et 67 ans en 2030, la ministre propose en revanche d'instaurer un "âge de la retraite souple".

Concrètement, tous ceux qui afficheront 42 ans de carrière à leur compteur pourront désormais accéder à la retraite anticipée dès 60 ans. "Nous avons constaté que ceux qui font peu d'études et commencent à travailler tôt ont traditionnellement des métiers plus lourds. Or, ils doivent actuellement prouver 44 années de carrière pour faire valoir leur droit à la retraite anticipée, soit plus que ceux qui ont fait des études et sont rentrés plus tard sur le marché du travail. Ce n'est pas ce que j'appelle de la justice sociale", explique Karine Lalieux.

Un bonus pension de deux euros brut par jour

Consciente de l'importance de maintenir les gens plus longtemps à l'emploi pour garantir la soutenabilité du système, elle propose également deux "incitants positifs" à ceux qui poursuivront leur job après 42 ans de carrière: un bonus pension et une pension à temps partiel, laquelle pourra être prise à mi-temps ou à 1/5e temps.

10
ans de travail effectif
La ministre Lalieux propose l'accès à la pension minimum à partir de dix ans de travail effectif et 30 ans de carrière. Les libéraux et le CD&V réclament une condition de travail effectif de 20 ans.

À ces mesures devraient s'en ajouter d'autres via la réforme du marché du travail qu'entreprendra prochainement son homologue, Pierre-Yves Dermagne (PS), nous assure-t-elle.

Outre son action sur les fins de carrière, Lalieux ambitionne de rendre l'accès à la pension minimum, qui "atteindra 1.500 euros net en 2024", plus équitable. Pour ce faire, elle compte adapter la formule pour le calcul proportionnel de la pension afin de valoriser les temps partiels, qui sont principalement occupés par des femmes.

Quant à la condition minimale de travail effectif pour accéder à la pension minimum, la socialiste suggère de la fixer à dix ans, là où les libéraux et le CD&V réclament 20 ans. Foire d'empoigne en vue...

Standstill fiscal sur le deuxième pilier

Sur les pensions complémentaires par contre, la ministre rappelle qu'elle compte les généraliser et rassure ceux qui craignaient de la voir remettre en cause les avantages fiscaux et parafiscaux qui y sont liés. "Je ne toucherai pas à la fiscalité du deuxième pilier, mais je demanderai aux partenaires sociaux de travailler sur le respect des règles existantes et donc de lutter contre les abus qui ont été relevés."

"Je ne toucherai pas à la fiscalité du deuxième pilier."
Karine Lalieux (PS)
Ministre des Pensions

Assurant faire le pari de la concertation sociale, elle demande à ces mêmes partenaires de se pencher sur deux autres sujets majeurs: l'amélioration du taux de remplacement et la modernisation du système de retraite pour qu'il prenne mieux en compte la dimension familiale.

Ce dont vous ne trouverez par contre nulle trace dans son projet, c'est d'une quelconque réforme de la pension des fonctionnaires, sur laquelle son prédecesseur s'est cassé les dents. "Ne comptez pas sur moi pour diminuer les droits acquis des fonctionnaires. Il y a déjà eu beaucoup de choses qui ont été faites sous la législature précédente", lâche-t-elle.

Sa réforme, qu'elle promet budgétairement neutre, agitera probablement la Vivaldi et les partenaires sociaux dans les prochains jours. "J'espère que nous pourrons rapidement avancer. J'ai de nombreux textes légaux qui sont prêts."

Le résumé

  • Karine Lalieux a dévoilé son projet de réforme des pensions.
  • Tous les Belges pourront prétendre à une pension anticipée dès 60 ans s'ils affichent une carrière de 42 ans.
  • Ceux qui travailleront plus longtemps toucheront un bonus pension et pourront opter pour une pension à temps partiel.
  • La réforme sera budgétairement neutre, assure la socialiste.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés