mon argent

La révolution TVA promise au secteur immobilier à la poubelle

©Jan De Meuleneir

Les promoteurs ne pourront pas louer avec TVA les immeubles neufs ou rénovés.

Tous – courtiers, propriétaires, promoteurs, fiscalistes – étaient pourtant sur la même longueur d’onde pour saluer cette mesure fiscale réclamée depuis 15 ans, qui simplifiait, clarifiait et dynamisait le marché immobilier locatif. Il ne s’agissait d’ailleurs, pour les pros du secteur, que d’un alignement salutaire sur la plupart des pays et concurrents voisins directs.

Le gouvernement a toutefois décidé dimanche, en conseil des ministres restreint, de renoncer à cette mesure. "Etouffer dans l’œuf le week-end dernier ce projet de loi dont les ministres compétents discutaient déjà les modalités d’application est un mauvais signal sur le plan de la sécurité juridique", juge Olivier Carrette, le CEO de l’Union professionnelle du secteur immobilier (Upsi).

"C’est un très mauvais signal donné aux investisseurs."
Olivier Carrette
CEO de l’UPSI

21% de marges à nos frontières

"La Belgique reste, avec la Grèce, le seul pays de l’Union européenne à ne pas encore autoriser ce régime TVA optionnel sur les loyers professionnels. C’est réellement dommageable car cela aurait rendu le marché belge plus transparent et plus concurrentiel", soupire Olivier Carrette.

Le patron de l'Upsi parle d’un très mauvais signal donné aux investisseurs qui n’ont que quelques kilomètres à faire pour pouvoir récupérer 21% de marges sur un investissement qui se calcule souvent en millions d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés