La vice-gouverneure de la BNB prolongée d'un an

Françoise Masai est une proche d'Elio Di Rupo. © Van Assche ©Lieven Van Assche

Le mandat de Françoise Masai, vice-gouverneure de la BNB, sera prolongé d’un an, a-t-on appris ce lundi à bonnes sources. La désignation des futurs gouverneur et vice-gouverneur reviendra donc au prochain gouvernement.

Bon anniversaire, madame Masai! La vice-gouverneure de la Banque nationale fête aujourd’hui ses 67 ans. Si nous nous y attardons, c’est parce que les mandats des membres du comité de direction de la BNB prennent fin lorsqu’ils atteignent l’âge de 67 ans. Françoise Masai quittera-t-elle donc ce mardi l’institution dans laquelle elle était entrée en 1971, au service de l’escompte?

Eh bien non! Les statuts de la banque nationale autorisent une prolongation annuelle pour achever un mandat en cours. Cette autorisation est renouvelable jusqu’au moment où les personnes arrivent à l’âge de 70 ans. Françoise Masai bénéficiera de cette dérogation, nous a-t-on confirmé ce lundi. Un arrêté du ministre des Finances, Koen Geens (CD & V), officialisera l’information.

Cet été, le gouvernement avait déjà pris la même décision concernant le gouverneur Luc Coene, qui atteindra les 67 ans le 11 mars prochain. L’accord politique prévoit la prolongation jusqu’à la fin 2014. Il devrait ensuite céder la place à Jan Smets (CD & V), l’homme qui avait mené le passage à l’euro. Cela dépend, bien entendu, des résultats des élections, susceptibles de bousculer les équilibres politiques. Sauf nouvelle expérience d’affaires courantes prolongées, la décision de renouvellement reviendra en effet au prochain gouvernement fédéral.

Celui-ci devra gérer trois nominations à la BNB puisque, en décembre 2014, le mandat de Norbert De Batselier (sp.a) arrive aussi à échéance. Actuellement, le comité de direction se compose de 2 PS, 2 CD & V, 1 Open VLD, 1 MR, 1 sp.a et 1 cdH.

La Banque centrale européenne n’apprécie guère ces prolongations de mandat, dont le précédent gouverneur Guy Quaden avait déjà bénéficié. Elle estime que le système nuit à l’indépendance des comités de direction, que les dirigeants peuvent être tentés de caresser les politiques dans le sens du poil pour obtenir les prolongations souhaitées. Qu’on se rassure: ce n’est clairement pas la ligne suivie par Luc Coene, dont les déclarations irritent bien souvent le parti du Premier ministre.

Françoise Masai est une proche d’Elio Di Rupo, dont elle fut la chef de cabinet à la fin des années 90 quand il était vice-Premier ministre en charge de l’économie. Diplômée en philosophie, en droit et en droit économique, elle avait été désignée vice-gouverneure en 2011, avec un mandat de six ans.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés