Publicité

La Vivaldi a bouclé son budget 2022

Le Premier ministre Alexander De Croo (au centre) doit faire son discours de politique générale ce mardi après-midi à la Chambre. ©BELGA

Les principaux ministres de la Vivaldi ont conclu un accord sur le budget et les dossiers connexes tels que la réforme du marché du travail, l'incapacité de travail, l'aide face à la hausse des factures énergétiques et les investissements centrés sur le durable.

La Vivaldi a ficelé son accord sur le budget 2022. Le gouvernement fédéral, réuni en comité restreint, s'était accordé durant la nuit sur les grandes lignes de celui-ci. Mais la discussion se poursuivait autour du travail de nuit et du dimanche dans l'e-commerce.

Finalement, une source au PS nous a confirmé que "le PS a obtenu les clarifications qu'il attendait. Elles sont rassurantes, et nous pouvons donc souscrire à l'accord." Dans la foulée, le porte-parole d'Alexander De Croo confirmait l'obtention d'un accord.

Une conférence de presse se tiendra à 11h (à suivre en direct sur lecho.be).. Le Premier ministre est attendu à la Chambre ce mardi à 14h30.

3,1%
Le déficit budgétaire sera réduit, l'an prochain, à 3,1% du PIB, contre 5,4%

Ce que l'on sait

Le déficit budgétaire sera réduit l'an prochain de près de deux points, à 3,1% du PIB, contre 5,4% actuellement, ce qui signifie un effort de 2,4 milliards d'euros et une amélioration du solde de 10 milliards l'an prochain. 500 millions pour des politiques nouvelles récurrentes sont prévus. Un milliard d'euros sera consacré à des investissements dans le développement durable, le climat et le numérique, à l'horizon 2024.

L'amélioration du solde sera réalisée via, notamment, des économies linéaires au niveau de l'État fédéral, un plan d'action contre la fraude sociale et fiscale, une augmentation de la taxe sur le diesel professionnel, la taxe sur les comptes titres, l'augmentation des accises sur le tabac, la fiscalisation du billet d'avion pour des trajets de moins de 500 kilomètres.

Il sera possible de procéder à une interprétation flexible de la semaine de travail en concentrant le temps de travail de 5 jours sur 4 jours.

Des mesures visant à lutter contre l'incapacité de travail seront instaurées, avec responsabilisation des différents acteurs (fonds d'assurance maladie, employés, employeurs et prescripteurs).

Les ministres de la Vivaldi ont aussi bouclé les dossiers annexes, comme la réforme du marché du travail, l'incapacité de travail, l'aide face à la hausse des factures énergétiques et des investissements centrés sur le durable.

Moduler la semaine de travail

Du côté du marché du travail, il sera possible de procéder à une interprétation flexible de la semaine de travail en concentrant le temps de travail de 5 jours sur 4 jours. Le dossier devra être analysé par les partenaires sociaux.

Le trajet de réintégration pour les malades de longue durée sera amélioré, notamment par un accompagnement plus précoce (après trois mois au lieu de quatre). Quant à la procédure de licenciement pour force majeure médicale, elle sera dissociée du trajet. L'employeur ne pourra y recourir qu'après 9 mois. De cette façon, le parcours de réintégration pourra s'étaler sur une durée plus longue.

Un accord semble acquis pour la suppression du certificat médical pour un jour d'absence pour maladie, trois fois par an.

Doper le taux d'emploi

La Vivaldi mise sur un taux d’emploi de 80% en Belgique, avec, notamment, la création de 10.000 emplois. Un plan pour les métiers en pénurie reposant sur 12 actions concrètes pour combler les emplois structurellement vacants sera lancé. Un droit individuel à la formation pour les salariés de 5 jours par an sera introduit et l'indemnité de licenciement pourra être utilisée pour de la formation.

Un paquet d'investissements d'un milliard d'euros à l'horizon 2024 est annoncé, avec un accent mis sur le développement durable, le climat et le numérique. Il est également question de modernisations ponctuelles et de numérisation de l'État, par exemple via Just-on-Web, le portail en ligne de la justice analogue à Tax-on-Web.

Adoucir la facture énergétique

L'un des plus gros dossiers était la hausse de la facture énergétique. Un accord de principe avait déjà été annoncé lundi soir.

Le tarif social de l'énergie sera prolongé durant le premier trimestre 2022 pour les 880.000 personnes les plus vulnérables. Un "chèque" de 80 euros, réclamé par le PS, leur sera accordé afin d'adoucir les factures qui gonflent. Ces factures d'énergie seront simplifiées et une norme énergétique sera instaurée pour contenir les hausses de prix, avec le mécanisme du cliquet inversé, défendu par le MR. Un fonds "gaz et électricité" de 16 millions d'euros sera mis à disposition des CPAS.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés