Publicité
analyse

La Vivaldi se concentre sur le budget 2022 et la relance

Le Premier ministre élabore l'agenda du gouvernement. ©Photo News

Un agenda et une méthode au menu du Conseil des ministres, mais pas d'accord sur la fin des aides "corona".

Tourner la page covid et ouvrir la voie aux réformes socio-économiques structurelles. Telle était l'ambition de ce premier Conseil des ministres de la rentrée, réuni vendredi sur fond de débat sur les pensions. La réforme présentée à la presse par la ministre Lalieux n'a pas encore été déposée sur la table du gouvernement (c'est pour la semaine prochaine) et devrait attendre une autre phase politique avant d'être approfondie, apprenait-on. L'exécutif fédéral a par contre entamé son débat sur la fin du chômage temporaire et du droit passerelle "corona" sans toutefois l'avoir tranché.

On sait que le vice-Premier ministre PS Pierre-Yves Dermagne, suivi par Ecolo et le MR, souhaite le maintien jusqu'à la fin de l'année du dispositif appelé à s'éteindre au 30 septembre. L'idée n'est pas du goût de tout le monde au sein de l'exécutif, qui se donne donc encore un peu de temps. Le gouvernement doit encore statuer sur la façon d'atterrir dans ce dossier alors que l'économie nationale reprend globalement des couleurs, mais que certains secteurs restent en difficulté. Il reste pas mal de choses à arbitrer quant à la gestion des effets de la pandémie, entend-on, et la date du 17 septembre à laquelle est prévu un nouveau comité de concertation fait désormais office d'azimut pour les autorités.

Le gouvernement a par contre balisé l'action fédérale jusqu'à la fin de l'année. Que ressort-il des discussions ? Que c'est l'échéance budgétaire qui guidera principalement la coalition Vivaldi d’ici à la mi-octobre et la déclaration "state of the union" au Parlement par le Premier ministre. C'est également à ce moment que devra être envoyée la présentation de l'épure 2022 à la Commission européenne. Intimement liée au budget, la politique de redéploiement économique qui sera menée au-delà du plan de relance européen est également attaquée de front à l'occasion de cette rentrée. L'entourage d'Alexander De Croo annonce le lancement de groupes de travail dès la semaine prochaine. Conformément aux engagements de la Belgique au niveau européen, ils se focaliseront sur l'emploi, l'environnement et le numérique. Une méthode semble d'ores et déjà s'imposer: plus question de travailler sur la base d'une enveloppe financière déterminée, mais bien en fonction de projets et mesures concrets.

Des retombées garanties

Pour être adoptés, les projets candidats devront être à la fois ambitieux et soutenus par de réelles garanties en termes de retombées socio-économiques et de soutenabilité budgétaire, insiste-t-on dans l'entourage du gouvernement. La neutralité budgétaire sera apparemment un critère prépondérant.

Voilà pour le premier paquet de réformes à lancer dans les six prochaines semaines. Après le 15 octobre, d'autres enjeux s'imposeront d'eux-mêmes. La question de la sortie du nucléaire tant de fois annoncée atterrira sur le métier de la Vivaldi avec la prolongation ou non de deux centrales en fonction des risques établis en termes d'approvisionnement en énergie. Un rapport sur le sujet est attendu en novembre. Le climat sera également au centre des préoccupations dans la perspective de la Cop26 qui se tiendra à Glasgow en novembre.

Dans ce deuxième paquet de réformes, le dossier des pensions - qui n'est pas lié à la discussion budgétaire - pourrait réapparaître, indique-t-on. Pour autant qu'il soit mûr, c'est-à-dire concerté en bonne et due forme au sein de la majorité, entend-on au sein du gouvernement.

Le résumé

  • Le gouvernement ne trouve pas d'accord sur la fin du chômage temporaire et du droit passerelle "corona".
  • Mais il se met d'accord sur les dossiers prioritaires qui guideront son action d'ici au conclave budgétaire.
  • Un second plan de relance est annoncé.
  • Polémique, la discussion relative à la réforme des pensions avancée par la ministre Lalieux ne devrait pas commencer avant la mi-octobre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés